haut-pub
Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Résistances > Allègre attaque Politis (suite)

Par Denis Sieffert - 30 août 2012

Allègre attaque Politis (suite)

Après bien des atermoiements de la partie adverse, qui nous avait d’abord donné à penser qu’elle se désisterait, et un premier report, nous avons à présent confirmation que le procès aura bien lieu les 20 et 21 septembre devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

Rappel des faits : Claude Allègre, ancien ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Jospin, rallié ensuite à Nicolas Sarkozy, attaque Politis, coupable à ses yeux d’avoir publié, le 18 juin 2009, une tribune qu’il juge diffamatoire. Le texte incriminé, signé de huit personnalités du monde scientifique ou d’économistes [1], brossait le portrait d’un personnage controversé, souvent au centre de polémiques, guère regardant sur les moyens quand il s’agit de faire triompher son point de vue. Ils évoquaient, notamment, son comportement dans l’affaire du volcan de la Soufrière, en juillet 1976.

Depuis, l’homme a été au centre d’affaires à répétition. La dernière en date concernant évidemment la question du réchauffement climatique, dont Claude Allègre conteste, contre toute évidence, les causes inhérentes à l’activité humaine. Ce n’est jamais son point de vue que les auteurs du texte brocardaient, mais les méthodes employées. Dans toutes ces polémiques, il s’est davantage comporté en idéologue qu’en scientifique. Au fond, toute la critique tenait dans le titre de la tribune : « Claude Allègre, question d’éthique ». Mais ce texte tombait sans doute mal pour la carrière de l’ancien socialiste. On parlait alors de lui avec insistance pour rejoindre le gouvernement de Nicolas Sarkozy. Le rappel d’un certain nombre de « casseroles » dans ce contexte sensible a irrité l’ambitieux. C’est sans doute la raison de sa colère contre Politis. Beaucoup d’autres, scientifiques ou journalistes scientifiques, ont eu pour lui des mots beaucoup plus durs par la suite. Nous les avions réunis au cours d’une assemblée publique organisée le 10 juin 2010 au théâtre de l’Est parisien avec Mediapart et Terra Eco.

Aujourd’hui, les ambitions politiques de Claude Allègre sont en berne. Il ne lui reste plus que quelques espaces médiatiques pour déployer son activité acharnée de lobbyiste du productivisme. Il n’empêche, le procès se tiendra ! Le directeur de publication de Politis et les signataires de la tribune, défendus par Me Antoine Comte, comparaîtront donc les 20 et 21 septembre, à 13 h 30, au palais de justice de Paris. Nos lecteurs peuvent évidemment assister à l’audience.

[1] Geneviève Azam, Jean-Yves Barrère, Denis Clerc, Benjamin Dessus, Jean Labrousse, Gus Massiah, Michel Mousel et Jacques Testart. Hélas, Jean-Yves Barrère et Jean Labrousse nous ont quittés depuis.

Commenter (5)

Sur le même sujet
Commentaires de forum
  • Zollah 30 août 2012 à 14:51

    La violence, même verbale, est un recours de l’incompétence. Encore une calomnie contre l’intègre et courageux Allègre : "lobbyiste productiviste". Il est souhaitable que Politis soit condamné, ne fût-ce que pour apprendre à respecter l’adversaire.
    Remarquons aussi qu’Allègre, lui, ne mène aucune campagne d’influence, il laisse la justice trancher.

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Frederic Lavachery 31 août 2012 à 06:21

      Dans le dossier du procès Allègre-Tazieff que m’avait confié le volcanologue François Le Guern qui fut en première ligne lors de la crise de la Soufrière de la Guadeloupe en 1976, figure un document de 4 pages, signé du professeur Pierre Routhier directeur de recherche au CNRS, qui fait état de quatre cas de fraude dont Claude Allègre s’est ou se serait rendu coupable : escamotage ou déguisement d’arguments scientifiques dans deux cas, en 1968 et 1976, falsification d’une courbe pour les deux autres cas, en 1981. Pour ce qui est des campgnes d’influence, Claude Allègre en a conduit une belle en 1977, poussant le géologue Maurice Mattauer à rédiger et diffuser largement dans la communauté scientifique un exemplaire type de lettre diffamatoire à l’encontre d’Haroun Tazieff. Monsieur Mattauer fut condamné pour cela en 1980 et l’a rappelé en 2002 sur son site http://membres.multimania.fr/mattau..., pour souligner le comportement indigne de Claude Allègre dans une autre affaire.

      Répondre à ce commentaire

  • Narbé 30 août 2012 à 19:59

    Allègre ne mène aucune influence... Vous ne manquez pas d’humour, en espérant que ce soit bien de l’humour. Guillaume Durand pourrait raconter comment, alors qu’il avait voulu inviter un aréopage de scientifiques, journalistes et climato-sceptique(s), Allègre avait exigé que certains intervenants soient exclus du plateau (finalement pas invités) et que l’émission soit baptisée "Claude Allègre face aux Français". Quelle tribune, alors, pour l’auteur d’un livre-provocation dont les erreurs ont été parfaitement démontrées, ce qui ne l’a pas empêché de se vendre par dizaines de milliers d’exemplaires. Influence...

    Répondre à ce commentaire

  • Pierre Pirate 6 septembre 2012 à 14:29

    •  
      pierre 20 septembre 2012 à 15:00

      Pour que nous puissions y assister il aurait fallu indiquer le numéro de la chambre ... c’est que c’est grand le palais de Justice .... j’ai jamais trouvé !!! Bien à vous,

      Répondre à ce commentaire

Commenter (5)

Sur le même sujet
haut-pub
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature