haut-pub
Accueil du site > Les blogs de Politis > Michel Soudais > Badinter contre Badinter

Par Michel Soudais - Suivre sur twitter - 2 octobre 2011

Badinter contre Badinter

A peine plus de deux jours après la révélation des propos d’Elisabeth Badinter qui crédite (à tort) Marine Le Pen d’être la seule à défendre la laïcité, force est de constater l’embarras des médias, comme des politiques. A l’exception d’un article, publié d’abord surLe Monde.fr et dans Le Monde (1er octobre), d’une mention incidente dans un papier de Libération (30 septembre) s’amusant que « pour la première fois, le nom de Badinter a été applaudi dans une réunion du FN », la déclaration de la « philosophe féministe » [9] n’a suscité aucune dépêche d’agence, aucun commentaire, ni éditorial. Les rares critiques que vous trouverez en faisant une recherche sur internet sont celles de Sébastien Fontenelle, mon voisin de palier sur ce site [10], et du sociologue Jean Baubérot qui tient un blog sur Mediapart. Hormis ces francs-tireurs et les quelques éléments de réflexion que j’ai fait passer sur Twitter, tout le monde regarde ailleurs. La gêne est manifeste : « Décrochez un icône ? Non, vous n’y songez pas. »

Ce serait pourtant simple de dire qu’Elisabeth Badinter déraille. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois. Il y a dix-huit mois, Politis lui avait consacré sa couverture [11].

Marine Le Pen
Marine Le Pen

Là, Elisabeth Badinter apporte tout de go sa caution à Marine Le Pen. Elle le fait, sans y avoir été contrainte, dans un entretien que chacun peut consulter, en réponse à une ultime question, on ne peut plus ouverte [12]. Peu importe qu’elle « déplore » [13] que Mme Le Pen soit la seule à défendre la laïcité puisque le simple fait de le prétendre est, pour un(e) intellectuel(e), une double erreur gravissime.

1. La présidente du Front national, et sa formation d’extrême droite (on ne pourrait les dissocier), ne sont nullement les seuls [14] ; mais cette méconnaissance n’est pas l’aspect le plus grave.

2. Mme Le Pen ne défend en rien la laïcité, telle qu’on l’entend ordinairement. Elle l’utilise à des fins manipulatoires et tient un double discours. La preuve ? Il suffit de se reporter au long entretien qu’elle a accordé au quotidien Présent, les 21 et 22 décembre 2010. Face aux journalistes de ce quotidien, qui puise son inspiration doctrinale chez Charles Maurras, admire toujours le maréchal Pétain et le général Franco, et qui lui préférait Bruno Gollnisch, Marine Le Pen a fort bien dévoilé pourquoi elle s’était emparé de la laïcité (voir encadré) : Pour « lutter contre l’islamisation de notre pays », explique-t-elle, « il y a soit la laïcité, soit la croisade ». Elle a choisi la première, décrite comme « le seul moyen de refuser la suppression du porc dans les cantines ». Sa seule cible (son obsession) c’est d’« éviter l’islamisation de notre pays » qui, selon elle, « est organisée aujourd’hui par l’Etat ». Développant totalement sa pensée, elle explique même que « la liberté, l’égalité et la fraternité », dont elle se réclame [15], « sont des valeurs chrétiennes qui ont été dévoyées par la Révolution française ». Et que « défendre ces valeurs-là » c’est se « donner la possibilité de rechristianiser en quelque sorte » la France. Pas moins !
A la lumière de cette profession de foi, on peut donc réécrire (et préciser) ainsi la sentence d’Elisabeth Badinter : « En dehors de Marine Le Pen, qui veut "rechristianiser notre pays", plus personne ne défend la laïcité. » Chacun perçoit le ridicule du propos !

« Lepénisation des esprits »

Une autre affirmation d’Elisabeth Badinter, dans cet entretien au Monde des religions, me semble extrêmement dangereuse tant par sa généralisation outrancière que sa conséquence implicite : « La gauche a laissé s’installer l’équation suivante : défense de la laïcité égale racisme. »
Qu’il y ait débat au sein de la gauche sur ce point, c’est exact [16]. Mais le fait même que ce débat existe empêche d’affirmer que la gauche (toute entière) a « laissé s’installer » une position qui n’est celle que d’une (petite) fraction de la gauche, puisque celle-ci est toujours contestée. En outre, cette position ne prétend pas de manière aussi caricaturale que l’affirme Mme Badinter que la défense de la laïcité serait un masque du racisme ; elle dénonce (avec raison) ceux qui s’emparent du flambeau de la défense de la laïcité pour stigmatiser une religion particulière, l’islam.
Badinter (Robert) ne disait pas autre chose, mi –avril : évoquant le débat sur la laïcité récemment organisé par l’UMP, il regrettait au micro de Radio J qu’il ait été principalement « orienté vers nos concitoyens musulmans », qui n’ont pu le ressentir que « comme une sorte de mise en accusation (...), de ghettoïsation ». « L’exploitation du thème de la laïcité pour toujours pointer vers les mêmes n’est pas à l’avantage de l’unité républicaine », concluait-il.
Manifestement, ce n’est pas l’avis de Badinter (Elisabeth) dont l’implicite du discours se résume en un syllogisme : Marine Le Pen défend la laïcité, la défense de la laïcité n’est pas du racisme, donc Marine Le Pen n’est pas raciste. Et voilà comment on gomme en deux phrases, des quantités de travaux sur la nature profondément xénophobe de la préférence nationale qui reste le cœur nucléaire du discours et du projet du FN (1ère et 2ème génération).

Ce faisant, Elisabeth Badinter apporte une (grosse) pierre à la « lepénisation des esprits », une expression inventée (et popularisée) par Robert Badinter en février... 1997. « De façon permanente, le climat entretenu autour des questions de sécurité et d’immigration a engendré une lepénisation des esprits, favorable à (Jean-Marie) Le Pen et aujourd’hui Mme Le Pen », déplorait-il encore ce printemps. « Le temps écoulé n’a fait que [la] renforcer. » A un point qu’il n’imaginait sans doute pas.


La laïcité et la République à la sauce Marine Le Pen

Extrait de l’entretien de Marine Le Pen paru dans Présent, le 22 décembre 2010 :

Quelle doit être la politique de la France à l’égard de l’islamisation croissante de notre pays ?
Il n’y a pas cinquante moyens de lutter contre l’islamisation de notre pays. Il y a soit la laïcité, soit la croisade. Comme je ne crois pas beaucoup à la croisade, je pense qu’il faut user de la laïcité qui n’est pas le laïcisme comme je le rappelle, particulièrement à vos lecteurs. Certains me font le reproche de la laïcité. La laïcité bien comprise, cent ans après sa mise en œuvre - nous ne sommes plus dans les conditions de la loi sur la laïcité qui était une loi de guerre contre l’Eglise -, a permis une séparation qui permettait en même temps la liberté de culte. Or celle-ci est bouleversée aujourd’hui par les poussées des revendications politico-religieuses musulmanes. Il faut s’appuyer sur la laïcité, principe de la République française admis et aimé par les Français, y compris les croyants. L’immense majorité des Français est attachée à la laïcité même lorsqu’ils sont croyants. Ce qui est mon cas. C’est le seul moyen de refuser la suppression du porc dans les cantines.
Et de supprimer les signes distinctifs religieux ?
Oui, lorsqu’ils sont ostentatoires.
Combien devront mesurer les croix des religieuses ?
Pourquoi nous poser des problèmes là où il n’y en a pas ?

M.-C. Arnautu, vice-pdte du FN, ou la laïcité version FN.
M.-C. Arnautu, vice-pdte du FN, ou la laïcité version FN.

Le problème aujourd’hui c’est l’avancée de revendications religieuses venues de musulmans radicaux politiques. Parce que les minarets, c’est une réclamation politique. La burka, c’est une réclamation politique. La multiplication des voiles aussi. Un certain nombre d’Etats étrangers subventionnent des familles pour que les femmes portent le voile. Il faut rétablir le principe de laïcité de façon extrêmement ferme. Pour éviter l’islamisation de notre pays. L’islamisation de notre pays est organisée aujourd’hui par l’Etat : financement public des mosquées, revendication d’interdits religieux partout. Y compris dans de petites écoles de village. Il suffit qu’il y ait une famille qui fasse ces réclamations pour que l’école laïque et républicaine se sente aujourd’hui obligée de s’y soumettre. C’est quelque chose d’insensé. Il ne faut pas confondre le principe de laïcité et la façon dont il a été dévoyé. La liberté ce n’est pas le libertarisme. L’égalité ce n’est pas l’égalitarisme. Et la fraternité, ce n’est pas nous obliger à nous sacrifier nous-mêmes pour pouvoirs prendre en charge toute la misère du monde. La liberté, l’égalité et la fraternité sont des valeurs chrétiennes qui ont été dévoyées par la Révolution française. Dites-moi quelle autre religion que la nôtre fait la promotion de la liberté individuelle ? L’égalité est cette idée que chaque homme, quelle que soit sa naissance ou quelle que soit sa fortune, est égal à l’autre. C’est la chrétienté ! Et la fraternité c’est la charité. Mais oui. Je crois même que défendre ces valeurs-là, c’est nous donner la possibilité de rechristianiser en quelque sorte notre pays. Nous ne devons pas tomber dans le piège de refuser nos propres valeurs sous prétexte qu’elles ont été dévoyées. Je pense que c’est une erreur. La France n’est pas née en 1789 mais elle n’est pas morte non plus en 1789.

Notes

[1] Expression consacrée.

[2] Un brin envahissant dans les commentaires de mes blogs. Je vous le dis Môsieur Durant parce que vous avez noté qu’il accepte autant la critique de ses écrits que le Türkmenbaşy du Туркмениста́н.

[3] On peut se faire une idée de cette polémique en consultant la réplique de Corinne Morel Darleux, que nous avions publié.

[4] - Quels sont, selon vous, les combats à mener les prochaines années  ?
- En dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité. Au sein de la gauche, le combat a été complètement abandonné, si ce n’est par Manuel Vals. La gauche a laissé s’installer l’équation suivante  : défense de la laïcité égal racisme. Cela est tragique.

[5] C’est ainsi que Le Monde nous a présenté les choses.

[6] Il suffit pour s’en convaincre de se renseigner un peu. Voir par exemple ce qu’en dit le programme du Front de gauche (ici dans une version brute), ou lepetit livre que vient de publier Pascale Le Néouannic, conseillère régional d’Ile-de-France et secrétaire nationale du Parti de gauche en charge des libertés et de la laîcité.

[7] Au grand dam de l’extrême droite boudeuse qui ne comprend pas plus qu’Elisabeth Badinter les détours tactiques de sa rhétorique.

[8] Et Politis en a souvent rendu compte.

[9] Expression consacrée.

[10] Un brin envahissant dans les commentaires de mes blogs. Je vous le dis Môsieur Durant parce que vous avez noté qu’il accepte autant la critique de ses écrits que le Türkmenbaşy du Туркмениста́н.

[11] On peut se faire une idée de cette polémique en consultant la réplique de Corinne Morel Darleux, que nous avions publié.

[12] - Quels sont, selon vous, les combats à mener les prochaines années  ?
- En dehors de Marine Le Pen, plus personne ne défend la laïcité. Au sein de la gauche, le combat a été complètement abandonné, si ce n’est par Manuel Vals. La gauche a laissé s’installer l’équation suivante  : défense de la laïcité égal racisme. Cela est tragique.

[13] C’est ainsi que Le Monde nous a présenté les choses.

[14] Il suffit pour s’en convaincre de se renseigner un peu. Voir par exemple ce qu’en dit le programme du Front de gauche (ici dans une version brute), ou lepetit livre que vient de publier Pascale Le Néouannic, conseillère régional d’Ile-de-France et secrétaire nationale du Parti de gauche en charge des libertés et de la laîcité.

[15] Au grand dam de l’extrême droite boudeuse qui ne comprend pas plus qu’Elisabeth Badinter les détours tactiques de sa rhétorique.

[16] Et Politis en a souvent rendu compte.

Commenter (16)

Commentaires de forum
  • Gros minet 2 octobre 2011 à 09:19

    Nos intellectuels ont besoin d’une cure de rajeunissement .
    J’espère que la relève est prête ...

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Yasmina Dekoajmemel 15 octobre 2013 à 13:30

      "s amusant que le nom de Badinter pas " a été" applaudi / mais "ait" été applaudi non ??? si je ne "m’" amuse ;-))) mais bravo pour le fond !!!! <3

      Répondre à ce commentaire

  • Bernard Langlois 2 octobre 2011 à 09:51

    Papier tout à fait pertinent, mon cher Michel. Manque néanmoins une dimension : l’anti-islamisme de Mme Badinter (richissime héritière Bleustein-Blanchet, fondateur de Publicis, tous les lecteurs jeunes ne le savent pas forcément) est aussi une manifestation de son soutien à l’Etat raciste d’Israël …

    Répondre à ce commentaire

  • Sébastien Fontenelle 2 octobre 2011 à 10:14

    Manuel Valls, nous voilà :
    http://www.marianne2.fr/Laicite-la-...

    Répondre à ce commentaire

  • Merci 2 octobre 2011 à 12:54

    Pas mieux (et merci) ! On a un peu marre de se taper les deux bénis oui-oui de tous les gouvernements depuis... 30 ans minimum. Compagnons de route de la pensée dominante ou plutôt de toutes ses circonvolutions. Si demain la droite reste, si demain, l’extrême-droite reste, nous subirons encore ces octogénaires, si demain la gauche passe, ils seront encore et toujours là, avec leurs leçons de morale.

    Répondre à ce commentaire

  • Ym 2 octobre 2011 à 19:29

    L’unanimité ne saurait faire loi comme l’aurait voulu l’opinion ces dernieres décenies : alors à quoi s’est mis à ressembler le discours s’attaquant avec nombre d’automatismes à des francais , nos concitoyens , ( ceux qui s’appellent natifs dans d’autres cultures ) n’ayant pas toujours les concepts pour exprimer leur désaccord au pouvoir donné à l’émulation des naturalisés , naturalisables , ce discours dominant a d’abors fait bouger les catégories dérogatoires , le bougnoule , le negre , le crouille , sans admettre qu’il n’était pas indemne de ce qu’il cherchait à dénoncer , trouvant chez ces francais une caricature facile qui devenait leur bougnoule , leur crouille : cqfd leur discours casse crouille ( à quoi il peut se résumer , et comme ce que cela peut avoir de choquant insistons sur la cécité : le crouille blanc ) sera difficilement admis comme cet instant d’une conscience de soi !

    Répondre à ce commentaire

  • Valere 2 octobre 2011 à 20:38

    Tout le monde peut se tromper. On a bien vu Denis Sieffert se prononcer pour l’agression franco-british de la Lybie et rester coi depuis que le caractère impérialiste de cette "victoire du droit d’ingérence" éclate au grand jour...
    L’avenir est sombre, très sombre...

    Répondre à ce commentaire

  • ZoZo 3 octobre 2011 à 00:55

    Merci à Michel Soudais pour cet article bien documenté : on ne peut pas en effet se poser en défenseur de la laïcité quand on prône la « rechristianisation » de la France ...

    Répondre à ce commentaire

  • JPB 3 octobre 2011 à 21:09

    Décidément, De Gaulle avait raison : La vieillesse est un naufrage...

    Répondre à ce commentaire

  • ben 3 octobre 2011 à 21:41

    Voui-vouis, la Vraie laïcité à gauche c’est Mélenchon... !! On se souvient encore, d’ailleurs, de son soutien aux lois contrelessignesreligieuxostentatoires, si ce n’est pas une preuve ! aussi appelé "les bougnoules, l’école française, aimez là ou quittez la" ou encore "loi mille neuf sans arabes"...La laïcité est Grande et il n’y a de laïcité que la Laicité ! Allla....icité Akbar !

    Non mais sérieux, c’est quoi cette histoire à coucher dehors et debout ??? La laïcité c’est devenu un mot-valise pour dire aux Arabes de les faire et n’a rien à voir avec le concept de base (non je n’ai pas dit Alqaïda)...
    Toute la rhétorique contre "l’islam politique" est de la même eau : elle signifie la politique c’est pour NOUS les Blancs, les Judéo-Chrétiens, les Occidentaux...toi le musulman qui n’a pas ta carte à Sos Racisme, tu la fermes !

    Répondre à ce commentaire

  • patrig k 4 octobre 2011 à 01:23

    mlp fait du sarko revue et corrigé 2007, quand celui ci se revendiquait de Blum et Jaurès

    C’est pas plus compliqué que cela ..

    Et de fait , se reposer (usurpe-t-elle ) sur la laïcité, qui irait contre ? .

    De la réoccupe grossière, je m’étonne que les intellos n’ont pas saisi cette manip ..

    A ce propos, en contact chaque jour avec l’électorat populaire , dont la donzelle nourrie de ciment lafarge espère milliers de bulletins, va finir de commencer à couler de sacré pavé, les ouvriers , jamais ne parlent de laïcité ou si peu , c’est un débat de débatteur .. à force, de résonance , ils vont finir par y sombrer dans la gâche à béton de mlp

    laïcité, belle et louable théorie, mais est elle réelle in situ, tout comme égalité fraternité liberté ?

    je ne dis pas qu’il ne faut pas veiller, mais se laisser harponner !

    comme on dit " laisse béton" ...

    Répondre à ce commentaire

  • fanny truchelut 4 octobre 2011 à 08:19

    lettre à Madame Elisabeth Badinter
    1 octobre 2011

    Madame,

    Vous avez été élevée dans la bourgeoise française,
    je suis issue du milieu ouvrier,
    Enfant, vous avez grandi dans de beaux quartiers,
    j’ai vécu dans une cité ouvrière,

    lire la suite :
    http://www.a-voix-haute.net/index.p...

    Répondre à ce commentaire

  • netrick 5 octobre 2011 à 15:26

    Les lois de 1905 sur la laicité ne visaient pas les musulmans, à l’époque
    inexistants en France, mais la trés puissante église catholique. Certains
    de ses articles étaient extrèmes, comme l’obligation pour les prètres de
    demander par écrit l’autorisation de célébrer une messe au commissariat
    de police de leur quartier. Aujourd’hui, à l’heure des prières musulmanes
    en pleine rue, cela donne envie de rire.
    A l’époque, mon grand-père, officier de carrière, avait vu comme première
    appréciation sur son livret de service : "Va à la messe !". Et pourtant il avait
    soutenu Dreyfus, un de ses collègues...juif !
    Donc ces lois de plus de 100 ans redeviennent d’actualité à l’heure de
    l’islamisation rampante de notre société, démarrée sous Mitterand et
    accélérée curieusement depuis le retour au pouvoir de la droite.
    Mme Badinter Bleustein-Blanchet dispute à Liliane Bettencourt le
    titre de la femme la plus riche de France. Comme membre éminent
    de la HSJ, elle défend bien sur les exactions sionistes contre les
    Palestiniens.

    Répondre à ce commentaire

  • ani 7 septembre 2013 à 19:13

    vous interprêtez les propos de marine le pen, de la même manière que vous interprêtez les propos d’elisabeth badinter.... Soyez objectif, et faites donc un vrai métier de journaliste

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Michel Soudais 7 septembre 2013 à 22:21

      En une phrase vous confirmez que j’ai vu juste. Merci.

      Répondre à ce commentaire

  • Vince 3 octobre à 22:57

    Vous vous prenez pour qui en osant ranger Elisabeth Badinter du côté de Le Pen ? Vous politisez a outrance un debat qui manifestement vous dépasse. J’en veux pour preuve que vous consacrez plus d’espace aux propos de Le Pen que d’Elisabeth Badinter. La defense de la laïcité est mille fois plus importante que vos querelles partisanes de blogger suffisant.. Ca n’est surement pas rendre service a l’esprit des Lumieres dont nous sommes tous heritiers, que de laisser le theme essentiel de la laicite tomber aux mains du FN. Vous etes completement a cote de la plaque, et vous vous en mordrez les doigts.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (16)

Commenter

haut-pub
« novembre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature