Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Société > Cannabis : Copé jamais à cours d’idée.

25 octobre 2012

Cannabis : Copé jamais à cours d’idée.

Dans son livre programme, Manifeste pour une droite décomplexée, le secrétaire général de l’UMP s’est prononcé pour le dépistage du cannabis dans les collèges et les lycées. Une pratique déjà en cours en Belgique, au Royaume-Uni, en Hongrie ou encore en Irlande, et que Copé voudrait prendre en exemple. « Personne ne peut être totalement sûr que son enfant n’est pas sous l’emprise de la drogue », a-t-il déclaré dimanche 21 octobre, dans l’émission « C politique » À l’heure où Marisol Touraine prône l’ouverture de salles de shoot, ce sont bien deux politiques distinctes qui s’affrontent.

Commenter (1)

Commentaires de forum
  • sword 25 octobre 2012 à 14:17

    Ce n’est pas une idée, c’est une idiotie inacceptable.
    De quel droit ce monsieur se permet-il de fourrer son nez dans la santé des lycéens et dans quel but ?
    Sa psychose contre le Cannabis le rends naïf, car qui est-ce qui a voulu faire cette prohibition répressive qui provoque des trafics des règlements de comptes et qui reclus l’usager dans une clandestinité dans laquelle tout le monde, y compris les jeunes, trouvent ce qu’ils veulent ? C’est pourtant bien son parti qui refuse de considérer des millions d’usagers, et qui refuse de fait de faire comme nos voisins européens, une distribution sous contrôle d’état ou les mineurs en sont exclus, principe qui permet de mieux contrôler l’usage et surtout permet aussi une bien meilleure prévention pour les jeunes.

    Si une telle mesure liberticide devait voir le jour, à coup sur l’objectif sera forcément répressif et punitif ce que l’on refuse totalement, car ce n’est pas l’usager qui doit faire les frais du refus de l’état à reconnaitre l’ usage massif de cette plante médicinale cher au bien-être de millions de Français.

    Et par ailleurs, si mes adolescents devaient avoir cet épée de Damoclès sur la tête, je porterais plainte contre ce législateur pour non respect du droit constitutionnel relatif à l’intégrité physique et morale de mes enfants.
    Si ce recours n’est pas recevable, alors ils seront retirés de l’école, puis effectueront leurs études par correspondance. Dans le cas ou cette mesure s’étendrait aux études par correspondance, on déménagera en Espagne ou il existe des écoles Françaises.
    Les pays cités en exemple qui pratiquent cette ineptie (Belgique, Angleterre, etc..) sont des royaumes dans lesquels le citoyen n’est pas souverain comme en France, mais un sujet aux ordres de la couronne.

    De fait, il n’est pas question de subir cette dictature de la santé quel qu’en soit le prétexte, alors que cette problématique de l’usage des jeunes est le fait de la prohibition voulue par son camp. Malheureusement, l’actuel gouvernement ne change pas de politique, ce qui ne règlera rien d’autre que les fâcheuses conséquences que l’on connait aujourd’hui.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (1)

Sur le même sujet
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature