Accueil du site > Les blogs de Politis > Michel Soudais > La confiance ne se décrète pas plus que l’austérité…

Par Michel Soudais - Suivre sur twitter - 3 juillet 2012

La confiance ne se décrète pas plus que l’austérité…

Que retenir du discours de politique générale prononcé cet après-midi à l’Assemblée nationale par Jean-Marc Ayrault ? Durant un peu plus d’une heure trente, le Premier ministre a exposé l’orientation de son gouvernement. L’exercice est convenu, quasi obligé, et l’issue ne faisait pas de doute, le gouvernement disposant d’une majorité disposée à lui accorder la confiance [2]. Néanmoins, Jean- Marc Ayrault était attendu au tournant de la rigueur.

Sans effet oratoire, l’ex-maire de Nantes s’est assez laborieusement acquitté de sa tâche, butant fréquemment sur des mots, saluant dans un lapsus révélateur les députés d’un « mes chers collègues », l’homme qui est censé être « le chef de la majorité » étaient dans un costume un peu grand pour lui. Et c’est d’avantage en honnête exécutant qu’il a (re)présenté à la nation le programme du candidat François Hollande. L’exercice aura peut-être été utile à ceux qui ont manqué des épisodes de la campagne présidentielle. Ils auront appris que le gouvernement n’entend « pas gouverner en cent jours » mais « installer le changement dans la durée », vieille application du concept de gauche durable lancée par Hollande dans les réunions socialistes au lendemain de la défaite de 2002. Concrètement cela se traduira, comme l’avait expliqué il y a quelques mois Michel Sapin, par un quinquennat en deux temps : celui des « grandes réformes de structure » d’abord, puis celui où l’on pourra « tirer les bénéfices de l’effort collectif » (si bénéfices il y a).

Effort. Sans doute le maître-mot du discours de Jean-Marc Ayrault et finalement le vrai programme de son gouvernement. « Le rétablissement des comptes publics » est LA priorité du gouvernement. Le Premier ministre l’a dit de multiples manières, en rappelant que le « retour à l’équilibre budgétaire en 2017 » constituait l’horizon du quinquennat.

« Le rétablissement des comptes publics est un enjeu majeur. »
« La maîtrise des dépenses est indispensable. Elle ne sera pas suffisante. De nouvelles recettes fiscales seront mobilisées. La volonté de ce gouvernement c’est de solliciter d’abord ceux qui jusqu’ici ont été exonérés de l’effort collectif. »

Car si d’autres « priorités » existent, qui ont également été fixées par le Président de la République, « la jeunesse, la sécurité et la justice », celles-ci « seront respectées sans pour autant creuser nos déficits et notre dette ». Il y a donc bien une priorité plus prioritaire que les autres. Justifiée par une situation encore encore aggravée, a insisté le Premier ministre en révisant à la baisse ses prévisions de croissance : 0,3 % pour 2012 et environ 1,2 % pour 2013, contre 0,4 % et 1,7 % attendus.

Pour autant, et malgré le revirement de François Hollande sur le traité sur la stabilité, la convergence et la gouvernance (TSCG), Jean-Marc Ayrault, qui en appelle assez naïvement au « patriotisme » des dirigeants, décideurs et candidats à l’exil fiscal, pour participer au « redressement », nie que son gouvernement ait pris le « tournant de la rigueur » : « Je revendique le sérieux et la responsabilité budgétaires. Je veux la justice fiscale. J’appelle à l’effort national. Mais je refuse l’austérité. »

Cette dénégation est également convenue. A-t-on déjà vu un responsable politique accepter l’austérité ? Comme la confiance, l’austérité ne se décrète pas. Mais comme la confiance elle est toujours le résultat de politiques menées. Or celle que Jean-Marc Ayrault et François Hollande ont choisi de suivre a une forte probabilité de nous y conduire.


P.-S.

Crédit photo : PATRICK KOVARIK / AFP

Notes

[1] Celle-ci lui a été accordée par 302 voix sur 527 votants.

[2] Celle-ci lui a été accordée par 302 voix sur 527 votants.

Commenter (2)

Commentaires de forum
  • Gros minet 5 juillet 2012 à 10:11

    Au moins en sarkosie il n’y avait pas de problème : pas de hausse d’impôts, beaucoup de taxes certes , et une augmentation vertigineuse de la dette .
    Mais il est vrai que rien ne nous oblige à rembourser ou payer cette dette .
    Suffit de dire cette dette est illégitime .
    Messieurs les banquiers sortez votre mouchoir !
    et paf !

    Répondre à ce commentaire

  • Thomas 6 juillet 2012 à 12:56

    On se croirait juste avant la Révolution, quand LOUIS XVI était "à côté de la plaque".
    Il est probable, en effet, que Hollande échoue rapidement et soit décrédibilisé. Il semble qu’il soit parti - par démagogie, faiblesse et conformisme - pour se fâcher avec tout le monde. Avec les riches qu’il a dans le collimateur. Avec les grandes entreprises qu’il va taxer. Avec les bobos de gauche ou d’écologie qu’il va malmener. Avec les classes moyennes qu’il va finir par taxer. Avec tous les Français qui s’enfoncent dans la crise sans perspectives d’en sortir, Hollande ne montrant aucune audace et aucune ingéniosité. La France n’est pas le PS.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (2)

Commenter

« août 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature