haut-pub
Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Résistances > La longue et difficile lutte des employés de Pizza Hut

Par Erwan Manac’h - Suivre sur twitter - 17 juillet 2012

La longue et difficile lutte des employés de Pizza Hut

Des employés de Pizza Hut se mobilisaient mardi à Paris pour soutenir un responsable syndical convoqué pour une procédure de sanction.

« Les employés ne sont pas conscients de leurs droits. Je suis sanctionné parce que je les informe ». Jalel, représentant syndical et membre actif du mouvement de grève qui a secoué Pizza Hut l’an dernier, est visé par une procédure de sanction dans son unité de livraison de la rue de Wagram, dans le 17e arrondissement de Paris. Mardi 17 juillet, épaulés par des membres de la fédération SUD, Olivier Besancenot et des membres du NPA, une poignée d’employés de la chaîne de pizzerias ont dû de nouveau se mobiliser pour soutenir leur collègue avant sa convocation en début d’après-midi par son manager.

Ce représentant syndical, embauché à Pizza Hut il y a quatre ans, est arrivé dans ce centre le 26 juin dernier, quittant l’unité de livraison de Neuilly qui a été externalisée et placée sous franchise, au terme du mouvement de grève d’une rare longévité pour le secteur : 9 semaines de bras de fer, avec des grèves tous les week-ends, dans quatre unités de livraison de Pizza Hut de Neuilly, Levallois, Ordener et Losserand à Paris (lire sur Politis.fr). Au bout du compte, la poignée d’employés mobilisés a obtenu le règlement d’heures impayées et d’erreurs de comptabilité et la mise en place d’une mutuelle.

Déjà menacé de sanctions en août dernier, Jalil a reçu une convocation une semaine à peine après son arrivée dans son nouveau centre. Selon lui, pour avoir fait observer des manquements au règlement. L’ambiance s’est aussi crispée dans son centre de livraison autour d’une affiche, placardée par le manager, contenant l’expression : « faites votre travail bordel de merde ». 

« Les managers ont la pression de la direction pour faire du chiffre, peu importe la manière », raconte Jalel. « Le Code du travail n’est même pas respecté », ajoute Hichem Karim Aktouche, délégué syndical Sud de l’entreprise depuis 6 ans et demi. 

Reportage :

 Lire aussi sur Politis.fr : Des salariés roulés dans la farine Politis n°1161 du 14 juillet 2011.

Commenter

Sur le même sujet
haut-pub
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Résaction    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature