haut-pub
Accueil du site > Les blogs de Politis > Claude-Marie Vadrot > Le lobby automobile part à l’assaut de la piétonisation des voies sur berges (...)

Par Claude-Marie Vadrot - 11 septembre 2012

Le lobby automobile part à l’assaut de la piétonisation des voies sur berges parisiennes

A l’approche du Mondial de l’Automobile de Paris qui commence à la fin du mois de septembre, les lobbies automobiles se réveillent et repartent à l’attaque. Il y a quelques jours, l’Automobile Club de France, une association dont il faut rappeler qu’elle ne comporte aucun membre féminin, qu’elle est présidé par un membre de la famille Panhard et que la cotisation annuelle y est de 2000 euros, expliquait sur son site : « Il faut, à présent, une certaine cohérence et une certaine constance dans les messages adressés aux automobilistes et dans les politiques. Si l’on continue de Jupette en Zapa (1), et de bonus en interdictions, à donner le tournis aux automobilistes, il sera difficile de faire progresser les politiques publiques qui méritent toute notre attention, qu’il s’agisse de politique industrielle, de politique de l’emploi, de politique environnementale ou, encore, de sécurité routière ».

Les associations de « défense de la voiture », viennent donc de lancer une offensive contre le projet de piétonisation progressive de la ville de Paris sur les voie sur berges A la manoeuvre, l’association « 40 millions d’automobilistes », un lobby qui a successivement remis en cause, les limitations de vitesse, l’obligation des éthylotests embarqués, de pistes cyclables et des radars. Cette association dont la représentativité est loin d’être prouvée mais qui possède de nombreux relais d’opinion chez des parlementaires de gauche et de droite, est appuyée dans ses protestations par une troisième association dont tout le monde ignorait jusqu’à présent l’existence : l’Automobile Club des Avocats regroupant essentiellement un nombre inconnu de juristes se consacrant à défense des automobilistes qui ne respectent pas le code de la route.

Donc, ce beau monde, part en guerre contre les restrictions de circulation, pourtant actuellement bien légères, sur la voie sur berge parisienne transformée en autoroute grâce à feu Georges Pompidou qui voulait, selon sa célèbre phrase, « adapter Paris à la voiture ». Il avait souhaité, comme son successeur Valéry Giscard d’Estaing, recouvrir le canal Saint-Martin pour que l’autoroute du Nord aboutisse à la Bastille et que celle du Sud soit prolongée (radiale Vercingétorix) jusqu’au coeur du quartier Montparnasse. Projets que la mobilisation des écologistes et des Parisiens a fait échouer.

Donc, scandale, la Mairie de Paris et la Préfecture de Police ont mis en place quatre feux rouges (en attendant mieux) dans le quatrième arrondissement pour permettre aux passants de gagner les nouveaux espaces verts installés le long de la Seine sur une longueur de 1,5 kilomètres sans risquer leur vie. Les avocats à moteur, qui n’ont sans doute pas les moyens de prendre les transports en commun ont décidé de contester cette amélioration devant le justice pour, tenez vous bien protester contre la « privatisation du domaine public afin de satisfaire ceux qui veulent chasser la voiture de Paris ». On attend impatiemment qu’ils contestent la privatisation des autoroutes et de la SNCF...

Les conducteurs de 40 Millions d’Automobilistes et les avocats des délits routiers et autres contraventions vont s’appuyer sur le sauvetage nécessaire de l’industrie automobile en perte de vitesse et profiter de son « Mondial » pour reprendre la bataille qu’ils mènent à partir Des 7 éme et 16 ème arrondissement pour mener la guerre contre les projets de la municipalité parisienne de reconquérir progressivement l’essentiel des voies sur berges pour les piétons et le repos des habitants de Paris et de la Région parisienne.

Malheureusement, le Maire de Paris s’obstine à expliquer que ce qui a déjà été réussi à Lyon et à Bordeaux, n’a pas pour objectif de bouter le maximum de voitures inutiles circulant dans Paris. Pourquoi ne pas avouer franchement une politique qui rend(rait) service à toute la population parisienne, tant sur le plan de l’environnement que sur celui de la santé ?

(1) Zones d’Action Prioritaires pour l’Air qui prévoit des restrictions pour certains véhicules polluant (4x4 par exemple) qui sont vigoureusement combattues par les lobbies de la bagnole

Commenter (11)

Commentaires de forum
  • "Les avocats à moteur, qui n’ont sans doute pas les moyens de prendre les transports en commun"
    les transport en commun à paris sont surchargés (et tres cher pour un francilien 6€/jour ticket 4 zone 100€ par mois navigo). la ligne A qui permet à des milliers de banlieusard d’alller travailler à la defense est impraticable (attendre 4 train pour pouvoir monter compressé contre la vitre). vous avez quoi à nous proposer à la place, les bobo de paris ? (qui ne pensent qu’à leur gueule et ont pas compris qu’autour d’eux des milllions de franciliens ne peuvent parfois pas faire autrement que prendre leur vehicule). l’helicoptère ??

    Répondre à ce commentaire

    •  

      Ah, oui, l’attaque du "bobo" parisien, grand classique du discours de la droite la plus rance.
      Hé bien proposons : pourquoi ne pas imposer la gratuité des transports en commun et un programme d’investissements massifs dans ceux-ci ?
      Ah oui mais non, j’oubliais : vous êtes AUSSI contre les impôts qui permettraient de financer tout cela, bien sûr. En fait, il vous faut le beurre (la voiture) et l’argent du beurre (les baisses d’impôts), en ne comprenant pas que les routes sont aussi un service public, qu’il faut bien financer et entretenir et que la voiture pollue beaucoup plus (les bobos parisiens) qu’elle ne libère (le banlieusard bloqué dans les bouchons au lieu d’être écrasé dans les transports en commun).
      Mais le débat est vain, mon pauvre ami : d’ici quelques années, la voiture sera de toute manière un luxe inabordable pour le commun des mortels - pour cause d’épuisement des ressources pétrolières - et rejeté par la population... pour cause de réchauffement climatique.

      Répondre à ce commentaire

      •  

        Réponse qui me parait pleine de bon sens...

        Le "bobo", ce pelé, ce galeux....qui sert de cache-sexe à la droite mais aussi à la gauche qui ne veut surtout rien changer.
        Mais le "bobo" a ceci de commun avec tous les habitants des urbanisations envahies par les voitures et le diésel que le cancer du poumon et autres affections respiratoires ne font pas de différence !

        Répondre à ce commentaire

    •  

      Le vélo, c’est une piste alternative à envisager, surtout quand on sait qu’une part importante des déplacements en voiture sont de moins de 2km.
      Mais pour ça, faut développer des parcours protégés où les cyclistes peuvent circuler en tout sécurité. Le long des berges, par exemple...

      Répondre à ce commentaire

  • "le pétionisation"
    Plutôt ballot, une telle faute de genre au plein milieu d’un titre...

    Bonne correction.

    Répondre à ce commentaire

  • Azo 12 septembre 2012 à 14:46

    Il faudrait réouvrir les maisons de correction…

    Répondre à ce commentaire

  • Ephraïm 14 septembre 2012 à 13:13

    Ah l’automobile, peut-être le seul point de discorde majeur entre les bobos et les richards. Faut voir que Paris a été intégralement gentrifié par les premiers, à la grande joie des seconds (même s’ils la cachent bien) et que la question sociale ne se pose plus vraiment dans la métropole... Heureusement qu’il y a l’Ecologie pour continuer à se sentir de gôche, et la bagnole pour se sentir de droite !
    Questions : une fois la ville embourgeoisée, pacifiée, pistecyclablisée, ruepiétonisée, transformée en crèche, en parc d’attraction, quel sujet d’importance capitale va-t-on aller chercher pour perpétuer un clivage qui n’existe plus depuis des lustres ? A quel moment les libéraux-libertaires parisiens vont-ils se réveiller et réaliser qu’ils sont de droite ? A quel moment les richards de la rive gauche vont-ils enfin remercier les socialistes pour tous ces services rendus ?

    Répondre à ce commentaire

  • 18 septembre 2012 à 08:48

    - Dis, Maman, pourquoi il y a des embouteillages ?
    - Parce qu’il y a trop de voitures, mon bébé.
    - Et comment on fait pour qu’il n’y ait plus d’embouteillages ?
    - On fait venir moins de voitures, comme ça les rues sont vides.
    - Donc, pour pouvoir rouler facilement, il faut arrêter de rouler ?
    - C’est ça, mon chéri, tu as tout compris.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (11)

Commenter

haut-pub
« novembre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature