haut-pub
Accueil du site > Les blogs de Politis > Claude-Marie Vadrot > Les fruits et légumes venus d’ailleurs et le parti dit socialiste...

Par Claude-Marie Vadrot - 7 janvier 2012

Les fruits et légumes venus d’ailleurs et le parti dit socialiste...

En faisant ce samedi matin mon marché parisien, j’ai vu en vente les premières fraises espagnoles d’Andalousie, des asperges du Pérou, des framboises d’Ethiopie, des fraises d’Egypte et de Floride, du raisin d’Afrique du Sud, des girolles des Etats-Unis ou du Canada, des haricots verts mangetout du Sénégal, des haricots verts fins du Kenya, des cèpes de Pologne (qui devaient venir en fait de Biélorussie ou d’Ukraine), des roses également du Kenya, des oignons et des kiwis de Nouvelle Zélande, des tomates et des fraises du Maroc, des pommes et des poires d’Argentine, des laitues de Sicile, des champignons au nom inconnu de Turquie et quelques charcuteries industrielles baptisées, selon les éventaires, « de Bretagne » ou « d’Auvergne ». Et je n’ai pas tout vu, surtout quand la provenance n’était pas indiquée sur les ardoises ou les étiquettes.

En faisant ce samedi matin mon marché parisien, j’ai vu les consommateurs se presser pour acheter ces produits, non seulement hors saison, dont la culture participent à l’exploitation de la main d’oeuvre sous payée des pays du Sud et dont le transport participe au gaspillage des gaz à effet de serre.

Et enfin, j’ai rencontré sur ce marché des militants du Parti socialiste distribuant des tracts pour François Hollande et qui affirmaient ne pas être le moins du monde choqués « puisqu’il y a des gens qui ont les moyens d’acheter ».

Quand le PS commencera à parler d’écologie, les poules auront de dents et les hippopotames des ailes...

Je sais, je radote un peu sur ce sujet, mais je cesserais de radoter quand les consommateurs auront compris qu’ils creusent leur tombe, la mienne et celle des paysans de ce pays

Commenter (19)

Commentaires de forum
  • LouisV 7 janvier 2012 à 15:56

    Radotez donc, Claude-Marie, tant que les choses resteront ce qu’elles sont ; c’est un des moyens de les faire changer. C’est au moins le moyen qu’ont les journalistes : redire encore et toujours ce qui ne va pas.

    Répondre à ce commentaire

  • Janick 7 janvier 2012 à 21:03

    Continuez de radoter, je me sens moins seule.

    Répondre à ce commentaire

  • Michel 7 janvier 2012 à 22:01

    Bonjour, il y a un candidat défendant des idées socialistes, et un planification écologiste, c’est le candidat du Front de gauche, Jluc Mélenchon

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Claude-Marie Vadrot 7 janvier 2012 à 23:23

      "Planification écologique", voilà une expression qui m’épouvante. En ce qui concerne le Front de Gauche, vous devriez consulter les communiqués de la CGT de Fessenheim qui réclame la prolongation de la vie de cette centrale, les tracts du parti communiste qui disent partout la même chose.

      Je crains que le Front de Gauche ait appris rapidement l’Ecologie dans les livres ou dans un résumé rédigé par l’UMP parce que cela serait la mode... Mélenchon écolo, je dois faire un cauchemar

      Répondre à ce commentaire

      •  
        Janick 8 janvier 2012 à 14:26

        "Transition écologique" alors ?
        Depuis quand la CGT fait partie du Front de Gauche ?

        Cette alliance de la gauche radicale n’est peut-être pas la plus "écolo" quoique.. Martine Bullard, antre autres
        mais la plus anticapitaliste et de ce fait permettrait de mieux aborder l’écologie..

        Il faut arrêter de cauchemarder avec Mélenchon, moi il me fait rêver même si ce sera le temps d’une campagne électorale

        Répondre à ce commentaire

        •  
          Janick 8 janvier 2012 à 14:42

          Désolée, lire : Martine BIllard, co-présidente du Parti de Gauche

          Répondre à ce commentaire

        •  
          Claude-Marie Vadrot 8 janvier 2012 à 15:04

          La CGT soutient le Front de gauche et défend le nucléaire.
          Quand à Martine Billard sa présence ne suffit pas à écologiser le Parti de gauche et le Front de gauche.

          Une hirondelle qui a quitté les Verts ne suffit pas annoncer le printemps ;

          Répondre à ce commentaire

          •  
            Gilbert Duroux 9 janvier 2012 à 01:38

            M. Vadrot, vous vous foutez le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Martine Billard est co-présidente du Front de gauche et elle n’est pas la seule des Verts qui ont rejoint le Front de gauche. Aux dernières nouvelles (source : un élu régional d’EELV qui tient à garder l’anonymat, on le comprend), à la suite des palinodies des Verts à propos de l’accord avec le PS sur le nucléaire (échange convictions anti-nucléaires contre plaçous de députés), de nombreux militants ont ou vont rallier le Parti de gauche. Nous aurons l’occasion d’en reparler.

            PS : vous ne vous rendez même pas compte que le départ de Martine Billard, de François Longérinas et d’autres est une grande perte pour les Verts. Dans combien de manifs sociales ou pour défendre les précaires Martine était la seule ou presque pour représenter son parti. Mais bon, quand on soutient Nicolas Hulot (antinucléaire contraint et forcé à la veille de la primaire) comme vous l’avez fait, les questions sociales, on s’en fout un peu...

            Répondre à ce commentaire

            •  
              Claude-Marie Vadrot 9 janvier 2012 à 10:22

              A l’attention de M. Duroux qui croit toujours que le Front de gauche ou le parti de gauche sont écolos : le maire de Brennilis (Bretagne), Jean Victor Gruat, partisan de la poursuite des dangereux travaux de démantèlement de la centrale nucléaire installée sur son territoire, est élu et se présente aux prochaines élections au nom du Front de Gauche.Précision : même la commission de l’enquête publique s’est prononcée contre ce démantèlement en reprenant les arguments de toutes les associations de protection de la nature et de l’environnement.

              Répondre à ce commentaire

              •  
                Gilbert Duroux 10 janvier 2012 à 01:54

                On dirait que vous découvrez la lune. Le Front de gauche, c’est un front, comme son nom l’indique. Et tout le mon-de sait bien qu’au PC il y a toujours des nucléocrates invétérés. Ce type, élu de Brennilis, ne saurait représenter l’ensemble du Front de gauche. C’est un type qui a découvert la politique à l’âge de la retraite et qui n’était adhérent d’aucun parti. Demandez à Martine Billard, quand vous la croiserez, si le Parti de gauche et même Mélenchon n’ont pas considérablement avancés sur la question écologiste. Vous êtes plein d’a priori qui vous aveuglent. Je ne suis pas au PG, mais je lis, et je vois bien que ce parti a pris ses distances par rapport à la croissance pour la croissance.
                Vous feriez mieux de vous interrogez sur la nature profonde de ces organisations troubles comme Greenpeace ou le WWF, dot on ne sait plus trop ce qu’elles défendent lorsqu’on les voit se maquer avec des industriels parmi les plus pollueurs (comme le WWF avec les ciments Lafarge).

                Répondre à ce commentaire

                •  
                  Claude-Marie Vadrot 10 janvier 2012 à 09:08

                  Botter en touche ne change pas la réalité : la préoccupation écologiste à été plaquée sur l’idéologie productiviste du Front et/ou du Parti de gauche. A la base comme au sommet.

                  Répondre à ce commentaire

        •  
          Gilbert Duroux 10 janvier 2012 à 17:02

          @ Janick
          "Transition écologique" alors ?

          Ne vous laissez pas impressionner par ceux qui pratique le terrorisme intellectuel et qui croient n’avoir pas besoin d’argumenter. Il n’y a que dans le cerveau étroit de Vadrot que le mot planification renvoie à l’URSS stalinienne. Même un Rocard, suffisamment droitier pour ne pas effrayer Vadrot, n’avait pas peur d’utiliser le mot.

          Répondre à ce commentaire

  • gdecaminel 8 janvier 2012 à 08:03

    Cette liste est désespérante...
    Mais ce n’est sans doute pas la droite qui la supprimera, ni le centre, ni les socialistes.
    Les mouvements écologistes sont trop contradictoires pour s’imposer.
    Les mouvements de gauche radicale pensent que l’emploi est la priorité absolue, quitte à sacrifier (dans un premier temps ?) l’écologie.
    Ne parlons pas de la droite extrême qui a d’autres préoccupations.
    Alors ?????

    Répondre à ce commentaire

  • bastaya 8 janvier 2012 à 19:18

    comme quoi le bons sens n’est pas près de chez nous !

    Répondre à ce commentaire

  • Albert 9 janvier 2012 à 12:27

    Bonjour,

    Claude-Marie Vadrot, le commentaire du militant PS vous a choqué car il illustre un manque d’intérêt de ce parti pour l’écologie.

    C’est dommage, votre critique ne concerne que l’écologie. Vous auriez pu aussi formuler une critique sociale, avec cette jolie phrase qui en dit long sur les militants et sympathisants du parti "socialiste" :
    « puisqu’il y a des gens qui ont les moyens d’acheter »

    Je trouve que vous pourriez aussi affiner vos arguments.
    Ainsi selon vous, le fait que la cgt soutienne à la fois le nucléaire et le front de gauche, permet de conclure que le front de gauche soutient le nucléaire.
    Cela ressemble à un sophisme.

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Claude-Marie Vadrot 9 janvier 2012 à 12:52

      Dans un papier, il y a un sujet, un angle, on ne peut pas y mélanger tout et j’ai fait confiance aux lecteurs pour apprécier la "qualité" de cette réflexion des militants.

      Pour le Front de gauche je crois avoir rappelé dans ces commentaires que l’un de ses représentants, maire de Brennilis en Bretagne, milite pour le démantèlement (dangereux) de sa centrale nucléaire qui a même été contesté (et refusé, ce qui est rare) par une Commission d’enquête publique. Il le fait, comme la CGT, comme le PC, voire comme le PS, au nom de l’emploi. C’est un sophisme ou une réalité ?

      Chassez le naturel productiviste...il revient au galop. La peinture verte est trop fraiche.

      Répondre à ce commentaire

  • michèle 9 janvier 2012 à 16:59

    Je suis très contente de vous lire. Je vis dans une petite ville en Allemagne depuis une petite année. Je suis horrifiée de ne trouver majoritairement que ce type de produits dans les supermarchés. Les produits espagnols d’Andalousie fournissent la plupart des étals en fruits et légumes. Pour moi qui refuse systématiquement d’acheter ce type de produits c’est une galère. Heureusement il y a les productions allemandes mais limitées.
    Les français ne connaissent pas leur "bonheur" de pouvoir trouver des produits français de saison et de qualité !!!!!! Partis politiques mis à part, il faut miser sur une conscience citoyenne et écologique individuelle. Un peu moins mais de meilleure qualité, faire vivre nos paysans en achetant leurs produits en acceptant de payer le prix. Ce n’est pas souvent une question de "moyens" comme le disent les militants socialistes. C’est faire un autre choix de vie......Des sols "assassinés", des salariés exploités à la production et dans les transports, un coût écologique effrayant......qui a l’audace de dire que ça vaut le coup ?

    Répondre à ce commentaire

  • 20 avril 2012 à 14:57

    Eh oui les fraises d’espagne font couler beaucoup d’encre mais pourtant je voudrais dire deux choses : ce sont les gens modestes qui achètent ces fraises que l’on trouve à 1euro 50 le kilo parce qu’il n’ont pas les moyens de s’offrir des " garriguettes " à 6 ou 7 euros le kg voire plus . D’autres parts savez-vous que dans ma région certains producteurs pratiquent la même culture , sous serre et sans terre et nous trouvons ces fraises sur nos marchés comme produit par des producteurs avec la seule différence le prix qui varie autour de 4 à 5 euros .
    Je reste perplexe même si j’encourage les producteurs de ma région en achetant sur les marchés locaux et en refusant les fruits et légumes qui ne sont pas de saison . N’êtes vous pas un peu trop alarmiste alors que la culture intense existe partout et que l’on nous vend n’importe quoi en dehors du bio qui est aussi un produit pour les gens qui ont les moyens . Ici lors de mes randonnées je vois des paysans traitant leurs champs avec des masques ! alors la culture espagnole parlons-en !
    J’aimerais savoir comment vous avez obtenu ces informations que je crois malheureusement vraies , mais cessons de culpabiliser les personnes qui achètent ces fraises et qui sont montrées du doigt comme des criminelles ..

    Répondre à ce commentaire

    •  
      Claude-Marie Vadrot 20 avril 2012 à 19:50

      J’ai obtenu ces informations en faisant mon métier de journalistes, c’est à dire en enquêtant.

      Je sais que, dans le sud de la France, aux Pays Bas et en Belgique des "agriculteurs" cultivent aussi des fraises "hors sol" et dopés à des vitamines chimiques.

      Les fraises hors saison et chimiques sont (parfois) moins chères. Mais il y a un effort d’éducation à faire pour expliquer que l’on peut attendre des fraises (et d’autres fruits et légumes) de saison, c’est à dire le moment où, bio ou non, elles sont moins chères.

      Et à quoi sert de manger des "choses" sans goût ?

      Répondre à ce commentaire

Commenter (19)

Commenter

haut-pub
« octobre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature