haut-pub

Par Bernard Langlois - Suivre sur twitter - 11 août 2012

Mouloud Aounit …

Le p’tit gars d’Aubervilliers, devenu une figure emblématique de la lutte antiraciste, président d’honneur du MRAP, est mort. 59 ans, c’est bien trop jeune pour partir.

(Je vous recommande la lecture du bel hommage de Mehdi Lallaoui, son frère d’armes, sur Médiapart. )

P.-S.

Les obsèques de Mouloud auront lieu au cimetière d’Aubervilliers jeudi 16 août à 15 heures.

Commenter (8)

Commentaires de forum
  • morvandiaux 11 août 2012 à 11:00

    j’ai eu la chance de croiser Mouloud...un Homme, un Citoyen : je salue sa mémoire
    merci à vous

    Répondre à ce commentaire

  • Louise 11 août 2012 à 11:09

    Mouloud Aounit, né le 23 février 1953 à Timezrit en Algérie et mort le 10 août 2012, est un homme politique français, secrétaire général (1989-2004), puis président (2004-2008) du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP). De 2008 à 2011, il est l’un des quatre membres du Collège de la Présidence de ce même mouvement. Au Congrès de janvier 2011, il est nommé Président d’Honneur sans mandat de représentation du mouvement[1] pendant que la responsabilité du MRAP et la fonction de porte-parole sont assurées par un Collège de quatre co-présidents dont il ne fait plus partie[2].

    Répondre à ce commentaire

  • Amine 12 août 2012 à 04:43

    Paix à son âme ! En ces temps de racisme anti-musulman décomplexé, tu vas nous manquer cruellement ...
    Bon courage pour la famille de Mouloud le brave Kabyle !

    Répondre à ce commentaire

  • Malik 12 août 2012 à 04:47

    Paix à ton âme Mouloud ! Repose en paix mon pote !

    Répondre à ce commentaire

  • habiba 12 août 2012 à 16:43

    Merci Mouloud pour ton combat contre le racisme et l’islamophobie. repose en paix !

    Répondre à ce commentaire

  • Louise 13 août 2012 à 23:43

    Voici le texte de sa dernière intervention publique, le 31 mars 2012 lors du congrès du MRAP.

    Mes chers camarades,

    Tout d’abord, je vous remercie pour cette invitation qui me fait chaud au cœur.

    Un congrès doit être l’occasion de faire un bilan sans œillères pour mieux faire progresser ensemble les causes qui nous sont chères. Je souhaite donc y apporter ma contribution.

    La situation nationale et internationale nous montre que sur bien des sujets, le MRAP avait eu raison de prendre les positions qu’il a prises et qui ont été tant contestées. Je prendrai deux exemples :

    Nous savons que c’est l’antisémitisme qui a servi de « code-source », de carburant idéologique pour l’extrême-droite au siècle dernier, et qui a même contaminé les esprits au-delà de cette dernière. Aujourd’hui l’islamophobie joue un rôle identique. Nous avons été parmi les premiers à la dénoncer. Ne renonçons pas à ce combat.

    Tant qu’il n’y aura pas de paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, sur la base du droit international, d’autres conflits ne pourront pas être réglés et nous devrons donc continuer à inscrire notre combat pour la reconnaissance des droits des Palestiniens parmi nos priorités, notamment par notre participation et notre soutien aux actions BDS, principal moyen de sensibilisation de l’opinion publique.

    Nous devons donc continuer dans cette voie et développer nos actions.
    (...)

    Répondre à ce commentaire

  • Lila AMELAL 16 août 2012 à 14:07

    Hommage à Mouloud Aounit, ancien président du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap).

    Mouloud Aounit meurt à 59 ans. j’adresse mes plus vives condoléances à sa famille, ses proches.

    Dans ses premiers combats :

    Nous étions nombreux à participer à la Marche pour l’égalité et contre le racisme, surnommée par les média Marche "des beurs", première marche antiraciste en France en 1983. Mouloud Aounit en était.

    Je salue son engagement (également le mien) à vouloir dialoguer entre les cultures, au sein de la "communauté nationale". Combatif contre le racisme, l’islamophobie et l’antisémitisme. Martine Aubry a exprimé sa grande tristesse, saluant un militant parmi "les plus engagés en faveur de l’intégration". Son salut est également le mien. En revanche, reste à distinguer l’intégration relative aux "immigrés" qui n’a rien en commun avec les français(e)s issu(e)s de cette même immigration. Le mot "intégration n’a aucun sens pour tous français né(e)s en France sans pour autant oublier leurs racines, celles de leurs (de mes) parents..Pour autant, nombreux continuent a faire cet amalgame par choix ou méconnaissance.

    Pour cette raison, je me refuse à toutes formes de débats notamment sur l’’identité nationale". Je, nous sommes français et n’avons rien en commun avec un tel débat récurent et mis en discussion à chaque période électorale. L’occasion s’est présentée d’en discuter avec Mouloud. Il partageait mon avis sur cette question.

    Dans un tel moment "douloureux", il est important de rappeler l’histoire d’un mouvement, d’une marche d’une délégation qui a aboutit à une rencontre et un accord avec François Mitterrand, Président de la République Française sur la possibilité d’accorder une carte de séjour et de travail valable pour dix ans. 10 ANS / 132 ANS !!!

    En mémoire à toutes celles et ceux qui ont cru qu’il était possible de vivre selon les règles et droits égaux, je continue ce lourd combat en me refusant à tous commentaires sur des sujets "contradictoires" aux valeurs de la République comme celui relatif à l’identité nationale.

    Croire que les mentalités ont changé voir même évolué n’est qu’illusion. 25 ans après cette marche, nous sommes dans un même procès.

    Dans un tel contexte politique, il est important de rappeler quelques points sur cette marche pour l’égalité et contre le racisme.

    - D’une part, ce mouvement a démarré suite aux élections municipales partielles à Dreux où le Front national, jusque-là électoralement marginal, remportait son premier succès avec 16,72 % au premier tour. La liste FN fusionne avec la liste du rassemblement pour la République (RPR dont le Président du parti était Jacques Chirac) au second tour le 11 septembre 1983, remportant l’élection au détriment de la gauche.

    A rappeler également lors de cette union RPR / FN, Jacques Chirac déclare « Je n’aurais pas du tout été gêné de voter au second tour pour la liste RPR-FN. Cela n’a aucune espèce d’importance d’avoir quatre pèlerins du FN à Dreux, comparé aux quatre ministres communistes au Conseil des ministres. ». L’année suivante, le FN remporte dix sièges aux élections européennes.

    - D’autre part, ne pas oublier les propos de quelques ministres socialistes notamment Pierre Mauroy et Gaston Defferre qui avaient stigmatisé les grévistes CGT de Renault-Billancourt, en majorité des « travailleurs immigrés », en les accusant d’être manipulés par des « intégristes ». Mauroy déclare notamment au Monde du 11 février que les grévistes de Renault « sont agités par des groupes religieux et politiques qui se déterminent en fonction de critères ayant peu à voir avec les réalités sociales françaises ».

    Le sociologue Abdelmalek Sayad né en Algérie Française en 1933, décédé en 1998 en France, sociologue, directeur de recherche au CNRS et à l’École des haute études en sciences sociales (EHESS). Fin connaisseur de la communauté nord-africaine en France, il a été décrit par ses amis comme un « Socrate d’Algérie » écrira plus tard à ce sujet « On ne mesure pas assez combien les ouvriers immigrés souffrent du climat de suspicion qui a gagné le travail et dont ils font une douloureuse expérience : des ouvriers pourtant analphabètes ont gardé des coupures de journaux rapportant les commentaires d’hommes politiques dénonçant les grèves des immigrés, laissant entendre qu’ils seraient de connivence avec quelque force étrangère.

    Aussi et pour finir. je souhaite pouvoir exprimer de nouveau mon sentiment quant au droit de vote des immigrés. Je dis simplement, l’attache de nos parents ne tend pas tant vers ce droit de vote tout comme la reconnaissance de leur travail bafouée par leurs employeurs. En revanche, aujourd’hui, ils revendiquent celle (reconnaissance) de leurs enfants et petits enfants souvent discriminés. J’en appelle donc à la responsabilité des Élus attachés non seulement au droit de vote des immigrés mais aussi et surtout j’en appelle à un travail de fond quant à une égalité de traitement de tous dans nombreux secteurs notamment dans le domaine de l’emploi. Mouloud Aounit était au service de ce secteur d’activité dans un territoire où le chômage touche les populations notamment les jeunes.

    J’aime terminer mes propos qui suivent : nous sommes français mais jamais assez pour nous faire comprendre et entendre. Dans un même temps, tout est possible dans un esprit de travail et d’intérêt en commun.
    Le plus grand hommage que nous puissions rendre à Mouloud : ne rien lâcher sur toutes les formes de discrimination.

    Lila AMELAL
    Saint-Denis

    Répondre à ce commentaire

  • yuva 14 mai 2013 à 15:33

    dieu y son âme, on est de la même commune , mais j’ai beaucoup entendu parler de lui, c’est un grand homme , il lutte pour la démocratie les libertés individuelle, et il est contre le racismes sur toutes formes.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (8)

Commenter

gauche_onglets
+lus

+commentés

haut-pub
« novembre 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Gregory Fabre    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature