haut-pub
Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > L’hebdo > Écologie > Rio + 20 : Hollande craint l’échec et Nicolas Hulot se dit pessimiste

Par Claude-Marie Vadrot - 8 juin 2012

Rio + 20 : Hollande craint l’échec et Nicolas Hulot se dit pessimiste

À une semaine du début des conférences sur l’environnement au Brésil, le Président de la République s’est invité vendredi matin au lancement du Forum France Rio + 20 mis sur pied il y a quelques mois par le Comité 21, des associations de protection et des industriels.

Pour lancer son débat sur les enjeux de la prochaine conférence sur l’environnent, le club Rio + 20, initié par le Comité 21, a reçu vendredi matin dans la grande Halle de La Villette un renfort de poids : François Hollande. Normal, il ne s’était pas encore vraiment exprimé sur l’écologie et sur les conférences qui se tiendront au Brésil à partir du 15 juin alors que la ministre de l’écologie reste étrangement muette. D’abord le sommet des peuples qui devrait réunir de nombreux acteurs de la société civile et ensuite du 20 au 23 la conférence des chefs d’Etat dont les « sherpas » peinent depuis des mois à établir un accord sur les décisions à prendre ; au point de désespérer Brice Lalonde, le directeur exécutif de l’ONU chargé de préparer la conférence.

Économie verte, sociale et solidaire

Ce qui n’a pas échappé au président de la République, qui a commencé par expliquer que « les conditions de la réussite ne sont pas encore réunies ». Puis il a ajouté que le « Développement durable ne doit pas être seulement une protection mais surtout une croissante différente ». Avant d’énumérer, « au delà des enjeux économiques » les priorités de la France « la nécessité de s’attacher à l’éradication de la précarité énergétique, la prise en compte du réchauffement climatique et la préservation de la biodiversité ».

Après avoir expliqué qu’en France il fallait envisager « des tarifs progressifs de l’électricité lié à la consommation » et « une montée de puissance des énergies renouvelables qui devraient devenir un enjeu au niveau de l’Europe ». Pour François Hollande, dont le discours a été applaudi, les trois urgences environnementales seront appuyés par la France à Rio sont « l’accès de tous les pays aux énergies renouvelables, la sécurité alimentaire, un mécanisme freinant le rachat des terres dans les pays du Sud et un soutien marqué à l’économie verte et à une économie sociale et solidaire ». En rappelant que le PIB, indicateur aux variations de toute façon incertaines, ne devait pas rester le seul indicateur mais « qu’il faut prendre en compte le qualité de l’environnement et la diminution de inégalités ».

« Rio va être difficile »

Le président a également souhaité, en France, une évolution de l’épargne réglementée vers le développement durable. Dans sa conclusion, il a souhaité la création d’une Organisation Mondiale de l’Environnement (OME), évoquée depuis 20 ans, qui serait basée à Nairobi, puis a prévenu : « Rio va être difficile, avec un risque de division et des paroles non suivies d’actes car la perspective de l’échec existe. D’autant plus que l’échec peut être aussi celui de la désinvolture, de l’ignorance et du refus de la réalité alors que tous les signaux d’alarme sont visibles ».

Une intervention qui contrastait avec les discours béats qui ont précédé ou suivi son allocution, discours présentant Rio comme un nouveau départ et la continuation de la conférence de Rio en 1992, oubliant au passage que la prise de conscience date de la conférence mondiale de Stockholm en 1972, conférence au cours de laquelle tous les avertissement planétaires avaient été énoncés. Un ronronnement d’autosatisfaction qui fut cassé par l’intervention de Nicolas Hulot expliquant qu’en 20 ans, depuis la première conférence de Rio, « on est passé de l’indifférence à l’impuissance. L’heure n’est plus aux constats mille fois faits, mais à l’action ». Selon lui, « la prochaine conjonction entre la crise économique et la crise écologique sera très grave pour la planète, et à Rio nous risquons de trahir nos enfants. Nous fonctionnons toujours à l’antique et nous risquons d’être prochainement, dans tous les domaines, contraints de gérer la pénurie. Il ne faut pas se contenter d’aménager à la marge et obtenir que l’OME souhaitée par certains ait la primauté sur les décisions du FMI et de l’OMC (...) Rio doit sonner le glas de la cupidité, la fin d’un monde qui spécule sur les ressources naturelles et sur la faillite des Etats ».

Nicolas Hulot a conclu qu’il était à la fois « lassé et sceptique ». Probablement parce que les discours d’autosatisfaction des acteurs du Club Rio + 20 annoncent le ton qui risque de dominer les débats officiels de la conférence brésilienne. Que ce club soit appuyé par Publicis Consultants est en soi une indication inquiétante. D’autant que cette agence de communication voisine avec de nombreux industriels prêts à faire fortune sur "la croissance verte".

À la société civile qui animera le Sommet des peuples de réussir à infléchir la tendance...

Nota Bene :

Photo : AFP / Rémy De La Mauviniere / Pool

Commenter (1)

Commentaires de forum
  • Michel Gourd 10 juin 2012 à 18:06

    L’Humanité doit sortir de Rio avec un compromis fort pour ne pas continuer sur ce chemin jalonné de changements climatiques irréversibles. Il y a une nécessité d’outils de gouvernance à l’échelle mondiale. Une organisation mondiale de l’environnement pourrait imposer l’ordre nécessaire pour mettre au pas les destructeurs de cette planète. Les changements climatiques se feront du vivant de plusieurs des décideurs qui seront présents au G20. Dans trente ans d’ici, alors que la planète sera ravagée par d’importants bouleversements climatiques, les juristes et législateurs tourneront leurs yeux vers ce qui s’est passé en 2012. Refuser de s’engager dans des comportements qui amoindrissent les changements climatiques pourrait être considéré comme un crime contre l’humanité. Ceux que l’on voit puissants et protégeant les intérêts d’une minorité alors qu’ils savent que des continents entiers seront ravagés suite à leur décision pourraient devoir faire face à la justice internationale. Les chefs charismatiques d’aujourd’hui pourraient devenir des prisonniers honnis qui finiront leur vie dans des cellules tapissées des millions de noms de leurs victimes. Si ce n’est pour sauver d’autres humains, les décideurs de cette planète devraient prendre les bonnes décisions pour sauver leur propre peau.

    Répondre à ce commentaire

Commenter (1)

Sur le même sujet
haut-pub
L'association Pour Politis L'agenda militant Politis et vous

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Résaction    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature