haut-pub
Accueil du site > Les blogs de Politis > Sébastien Fontenelle > Souhaitons-Nous Vraiment Que La France Devienne Le Mexique Des (...)

Par Sébastien Fontenelle - 20 juin 2012

Souhaitons-Nous Vraiment Que La France Devienne Le Mexique Des Tire-Au-Flanc ?

Il y a différentes manières d’exprimer publiquement qu’on est salement rongé, du dedans, par un assez dégueulasse mépris de classe, auprès de quoi les psalmodies anti-gueux de feue Margaret Thatcher passeraient presque, rétrospectivement, pour d’aimables appels à plus d’échanges sociaux, et qui peut des fois (mais ce n’est pas obligatoirement le cas) se mélanger d’un peu, aussi, de xénophobie - tant qu’à y être, hein, je vous en mets deux pour le prix d’un.

L’une de ces manières est celle, caractéristique, des collaborateurs de l’hebdomadaire de droite Le Point qui tiennent que les fonctionnaires en général (et tout spécialement les enseignants et les postiers) sont des branleurs d’haut niveau (et font une « France des tire-au-flanc ») – mais qui du moins ne s’infligent pas le ridicule de prétendre qu’ils seraient autre chose que des reaganiens fanatiques.

Cette manière est, certes, un peu étonnante, puisque le directeur de l’hebdomadaire de droite Le Point, Franz-Olivier Giesbert, est quant à lui, en tant qu’éditocrate de niveau 9 [8], l’incarnation même de la petite France des absolues feignasses qui, d’une semaine l’autre, recopient dans de burlesques billets d’un feuillet vitement torché [9] les mêmes sempiternelles exhortations à réduire la dépense publique - et qui, dans l’intervalle, s’exhibent chez France 2, pour y réciter, aux frais du contribuable, encore les mêmes mantras [10].

Mais elle est, dans le même temps, relativement classique – puisqu’elle se retrouve à l’identique chez L’Express, ou chez son voisin barbichu.

Une autre manière, plus cauteleuse, est celle du cartooniste [11] Jean Plantureux, qui sévit tous les jours chez Le Monde (et toutes les semaines chez Roularta), et qui ne dédaigne point, de son côté, de laisser raconter qu’il serait furieusement progressiste, mais qui, dans la vraie vie, s’applique à restituer, dans (et par) ses dessins, la quintessence de la pensée dominante – de telle sorte qu’il doit être compté au nombre des forgerons médiatiques de l’opinion, au même titre, exactement, que Laurent Imbert et Claude Joffrin (ou l’inverse).

C’est lui, rappelons-nous, qui, dans l’époque où la presse et les médias caquetaient toutes les heures que Mélenchon égalait La Pen [12], fit l’édifiant crobard ci-dessous, suivant l’efficace méthode dite de l’amalgame odieux.

Et c’est encore lui qui a fait, pour Le Monde daté d’aujourd’hui, et dans une période où pas une heure ne s’écoule sans qu’un éditorialiste formaté glapisse [13] que les Français feraient mieux de bosser un peu (au lieu de cocooner dans les RTT), l’amusante illustration ci-dessous.

On le constate : cette œuvre immortalise les Mexicain(e)s sous l’abord, un rien essentialisé, d’un flemmard de compétition, vautré dans la sieste – et dont la nonchalance force l’adoration de François Hollande.

Son message, simple, et facilement compréhensible par n’importe quel(le) disciple des philosophes du Medef, est donc que la France, livrée au « socialisme », deviendra sous peu le Mexique des tire-au-flanc - et moi, si j’étais Franz-Olivier Giesbert ?

Je troquerais vite-fait la totalité de mes mange-fonctionnaires [14] de compagnie pour un seul Plantu : ça réduirait considérablement la dépense lepointique.

Notes

[1] Sur l’échelle d’Alain Duhamel, qui en compte huit.

[2] Soit, montre en main, dix minutes de boulot.

[3] Et qui, donc, participent, d’enthousiasme, on va pas se gêner pour s’enlarger la fin de mois, au creusement du déficit dont ils exigent la prompte résorption.

[4] Merci, Pescade.

[5] Avant de déplorer quelques mois plus tard, et avec la même détermination, que Mélenchon se montre si rugueux, dans ses attaques contre ladite.

[6] Re-merci, Pescade.

[7] Et autres natural born tourne-pouces.

[8] Sur l’échelle d’Alain Duhamel, qui en compte huit.

[9] Soit, montre en main, dix minutes de boulot.

[10] Et qui, donc, participent, d’enthousiasme, on va pas se gêner pour s’enlarger la fin de mois, au creusement du déficit dont ils exigent la prompte résorption.

[11] Merci, Pescade.

[12] Avant de déplorer quelques mois plus tard, et avec la même détermination, que Mélenchon se montre si rugueux, dans ses attaques contre ladite.

[13] Re-merci, Pescade.

[14] Et autres natural born tourne-pouces.

haut-pub
« avril 2014
lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
 

fl_g_signature
N°ISSN 2259-5988    Conception graphique › Clémence Knaebel    Design sonore › Cédric Boit    Développement › Résaction    Site réalisé avec Spip
fl_d_signature