Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Rwanda Paul Barril sur la sellette

Où donc était Paul Barril le 6 avril 1994 à l’heure de l’attentat contre l’avion du président rwandais Habyarimana ? Dans quel contexte l’ex-gendarme de l’Élysée de l’époque Mitterrand est-il allé récupérer des pièces à conviction qu’il aurait retrouvées à l’aéroport ? A-t-il des compétences particulières pour former à l’utilisation d’engins aussi sophistiqués que les missiles Sam-16 ? Selon l’association Survie, ce sont quelques-unes des questions que les juges Marc Trévidic et Nathalie Poux ont sans doutwe posées, le 8 juin, au sulfureux ex-capitaine, entendu comme témoin. Survie rappelle que Paul Barril a été aperçu à Kigali la veille du 6 avril 1994, et qu’il avait prétendu détenir la boîte noire du Falcon 50 abattu, qui s’était ensuite révélée être « un simple coupleur d’antennes ». Les enquêteurs de la sous-direction antiterroriste tentent d’identifier les auteurs de l’attentat, point de départ du génocide qui a coûté la vie à 800 000 Rwandais, en grande majorité tutsis.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents