Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

À flux détendu

La critique de cinéma a de l’avenir. C’est ce qu’ont pu se dire les spectateurs d’une table ronde consacrée à la critique sur Internet que le Festival du film de La Roche-sur-Yon (Vendée) a proposée dimanche dernier. Les intervenants, tous créateurs de sites ou de blogs, représentaient une nouvelle génération de critiques ayant moins de 30 ans ou à peine plus. Ils ont investi Internet comme autrefois on lançait une revue ou un fanzine, avec pour moteur la cinéphilie et la volonté de prolonger les films par des mots. Et cela sans un sou en poche, en y consacrant beaucoup de temps bénévolement, des boulots alimentaires ou le statut de thésard permettant de voir venir.

Étaient présents Christophe Beney d’ Accreds (www.accreds.fr), Simon Lefebvre de Zinzolin (www.revuezonzolin.com), Raphaël Nieuwjaer de Débordements (www.debordements.fr) et Sidy Sakho, qui anime le blog Ceciditaubasmot (www.ceciditaubasmot.blogspot.com). Ce qui est d’abord ressorti de leurs propos, c’est la nécessité de créer leur propre territoire. Un espace qui ait une cohérence et une identité, sans pour autant se chauffer les esprits au manifeste esthétique, à l’éditorial énervé. Pas de « certaine tendance du cinéma » à dézinguer chez eux (du nom du fameux article de Truffaut contre la « Qualité française »), mais une volonté de se démarquer de l’actualité pour inscrire la réflexion sur le cinéma réellement dans la durée. Le site Accreds, consacré à l’activité des festivals, se distinguait sur ce point, alliant réactivité des informations et critiques sur le long terme. Gymnastique difficile mais excitante.

Le narcissisme n’était pas au rendez-vous mais le désir de penser sa propre pratique, de l’interroger, éventuellement de la remettre en question. Oui, il y avait de quoi se réjouir, au Festival de La Roche-sur-Yon, de constater que le cinéma était chez ces jeunes critiques un exercice profitable pour la pensée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents