Politis

Abonnez-vous à Politis

Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36
ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Les intermittents lancent une grève reconductible

Pour tenter de bloquer la signature de l'accord Unedic par François Rebsamen fin juin, les intermittents se mettent en grève et appellent les citoyens à saisir leurs élus.

20 juin . C'est la date à partir de laquelle le ministre du Travail, François Rebsamen, devrait signer l'accord Unedic du 22 mars concernant les intermittents du spectacle et les intérimaires.

Le compte à rebours est lancé. Plus que deux semaines environ pour tenter de bloquer l'entrée en vigueur de la nouvelle convention Unedic qui prolonge l'accord signé en 2003, à l'inverse de la réforme attendue.

Pourquoi les intermittents rejettent la nouvelle convention Unedic :

*«-1) Elle fragilise les salarié-es et les chômeurs-euses, en particulier les plus précaires d’entre eux (intermittent-es hors spectacles, intérimaires, intermittent-es du spectacle, salarié-es précaires et en fin de contrats aidés etc.)

-2) Elle va amplifier le nombre de contrats précaires déjà en forte hausse, et les CDI à temps partiel.

-3) Elle ne donne aucune visibilité aux demandeurs-euses d'emploi pour se projeter : c'est le court terme qui est priorisé, la reprise d'emploi à tout prix, celle qui fait entrer dans une spirale menant inéluctablement vers la sortie de l’indemnisation.

-4) Elle n'a rien simplifié du tout, son opacité et sa complexité restent la marque de fabrique de ces accords imprégnés par les politiques néolibérales.

-5) Elle va faire monter en flèche les troubles psychosociaux au sein de Pôle emploi, tant du côté des agents que du côté des usagers. Le peu de professionnels correctement formés dans le domaine de l’indemnisation face à des demandeurs-euses d’emploi insatisfaits et inquiets parce qu’insécurisés, laissent présager une situation explosive.»*

Le 2 juin, les intermittents et précaires ont lancé un mouvement de grève reconductible.

Des manifestations sont déjà annulées dans plusieurs villes de France :

-À Montpellier, le festival Le printemps des comédiens est en grève jusqu'à nouvel ordre.

-À Rennes, les affiches annonçant des spectacles ont été recouvertes de la mention «ANNULÉ», les lieux culturels ont été affublés de pancartes «EN DANGER» et les cinq agences Pôle emploi de pancartes «LIQUIDATION».

-À Paris, un rassemblement a eu lieu le 2 juin, à 18 heures, devant le théâtre des Folies bergères (9ème) avant le début de l’enregistrement de la cérémonie des « Molière » diffusée en différé dans la soirée sur France 2. Par la voix du comédien Nicolas Bouchaud, ils se sont invités à la cérémonie. Philippe Torreton leur a dédié son prix.

-À Avignon, une banderole « Festival annulé » a été accrochée sur le pont Saint-Bénezet, avec le numéro de téléphone du Medef local…

-Mercredi 4 juin, la CGT spectacle, rejointe par la CGC, invite à un rassemblement à 9h30 devant la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle à Paris (7, square Max-Hymans, dans le 15ème) à l'occasion d'une réunion qui doit s'y tenir entre François Rebsamen et le Conseil national de l'emploi.

Le 12 mai, les intermittents ont lancé une charte déclarant persona non grata tous les membres du gouvernement qui se présenteraient sur les festivals signataires.

Enfin, une campagne de mobilisation citoyenne a été lancée le 30 mai : « NON à l’AGREMENT c’est maintenant ». Les citoyens sont invités à saisir leur députés et leurs élus.


«88 élu-e-s, en majorité députés, ont déjà écrit au Ministre du Travail pour qu’il révise ses positions. Et les autres alors ?»

Parmi ces 88 élus, Martine Aubry, maire PS de Lille, a écrit au ministre du Travail de na pas agréer la convention Unedic.

Suit un mode d'emploi :

*«-1 je m’empare d’une des deux lettres type proposées là :
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7083

-2 je vérifie que mon député n’a pas déjà signé là :
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7083

-3 je cherche son adresse postale et j’envoie par courrier c’est mieux :
http://www.assemblee-nationale.fr/qui/
http://www.senat.fr/elus.html

-ou je trouve son adresse mail et j’envoie par mail c’est bien aussi et même ça double mon envoi papier :
http://www.assemblee-nationale.fr/qui/
http://www.senat.fr/elus.html

-4 Si vous rencontrez votre député ou un élu, il peut directement signer la lettre à Rebsamen que vous trouverez là
http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=7083»*

Question : si François Rebsamen signe la convention Unedic, mais que la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti ne la signe pas, que se passe-t-il ensuite ?


Photo: Coordination des intermittents.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents