Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

Médecins du Monde et le Secours Catholique contraints de recourir à la justice

Face à l’inertie du gouvernement qui n’a toujours pas mis en place les mesures nécessaires afin de protéger les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les camps de réfugiés de Calais et de Grande-Synthe, Médecins du monde (MDM) et le Secours Catholique ont décidé de recourir, une fois de plus, à la justice.

Afin de contraindre l’État à prendre ses responsabilités, nos associations ont décidé d’intervenir volontairement en soutien à plusieurs référés-libertés déposés par des mineurs isolés étrangers au Tribunal administratif de Lille, afin que des mesures de protection soient appliquées et les droits de ces mineurs protégés. Il s’agit en particulier d’obtenir des pouvoirs publics qu’ils se décident à mettre en œuvre les procédures permettant à ces jeunes de rejoindre légalement le Royaume-Uni et y retrouver leurs proches.

Dans un article publié vendredi 29 janvier sur Politis.fr, Jean-François Corty, directeur des missions France de MDM, dénonçait l’inaction du gouvernement malgré les injonctions du Tribunal administratif de Lille puis du Conseil d’État. Le 23 novembre, le Conseil d’Etat avait ordonné aux pouvoirs publics de procéder, dans un délai de 48 heures, au recensement des mineurs isolés en situation de détresse et de se rapprocher du département pour leur mise à l’abri immédiate. Deux mois plus tard, rien n'a été fait.

À lire >> L'État renâcle à protéger les mineurs isolés étrangers


Haut de page

Voir aussi

Articles récents