Les représentants de Génération identitaire condamnés à de la prison ferme

Trois responsables du groupuscule d’extrême droite ont été condamnés ce jeudi à Gap pour leur action anti-migrants à la frontière italienne au printemps 2018.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Le tribunal correctionnel de Gap a prononcé jeudi des peines de six mois de prison ferme contre Clément Gandelin, alias Clément Galant, 24 ans, président de Génération identitaire, Romain Espino, 26 ans, porte-parole du mouvement, et Damien Lefèvre, alias Damien Rieu, 29 ans, attaché parlementaire de Gilbert Collard (RN), après les actions anti-migrants menées sur la frontière franco-italienne par cette association d'extrême-droite au printemps 2018. L'association est, elle, condamnée à l'amende maximale de 75 000 euros.

Les juges ont donc suivi à la lettre les réquisitions du procureur de la République de Gap, Raphaël Balland, lors du procès qui s’est tenu le 11 juillet.

Les prévenus étaient poursuivis pénalement pour des « activités exercées dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ». Un chef d’accusation moins lourd que celui que plusieurs témoignages, non retenus par l’enquête, auraient pu caractériser.

À lire >> Des « patrouilles » anti-migrants

Deux d’entre eux étaient absents au procès. L’unique présent, Clément Gandelin, était resté muet face aux juges. À la sortie, il avait promis d’aller en appel en cas de condamnation.


Haut de page

Voir aussi

Droit à l’avortement, cause universelle

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.