Haute voltige pour le monde du cirque

La Nuit du cirque, du 13 au 15 novembre, tente de trouver malgré tout son public sur Internet et de faire survivre le paysage circassien.

Pour les arts de la piste, la Nuit du cirque aurait pu être une grande fête de renaissance après des mois particulièrement éprouvants. Davantage encore que pour d’autres arts vivants : «Après de longs mois d’arrêt, la reprise de l’entraînement, en juillet, a été difficile pour les circassiens. Les blessures ont été nombreuses. Les représentations ont doucement repris, puis est arrivée une sanction incompréhensible : à Paris et dans quelques autres régions, a été décrétée l’interdiction des spectacles sous chapiteau», résume Philippe Le Gall, directeur de l’un des treize pôles nationaux cirque (PNC) – le Carré magique à -Lannion, en Bretagne – et de l’association Territoires de cirque, qui porte la Nuit du cirque avec le soutien du ministère de la Culture. Une décision « qui prouve l’incompréhension en hauts lieux du nouveau cirque, pourtant structuré de manière professionnelle, doté de ses écoles nationales, de ses compagnies conventionnées et, depuis 2010, du label PNC. Le cirque n’est pas pris au sérieux, il doit toujours se justifier. »

Lorsqu’est tombée l’annonce du deuxième confinement, -Territoires de cirque n’a donc pas hésité. Plutôt que d’annoncer une annulation sèche de l’événement qui devait « témoigner de la multiplicité des écritures et des esthétiques apparues ces dernières décennies », l’association s’est mise au travail pour proposer aux dates prévues une Nuit numérique. Chapeautée par Régis Huvelin, chargé de développement du Pôle cirque Grand Est, et par Richard Fournier, à la tête de « Le Mans fait son cirque » – pôle cirque en préfiguration –, cette édition 2.0 se présente sous deux formes : trois émissions de deux heures diffusées chaque jour en direct et un contenu éditorialisé en libre accès sur le site lanuitducirque.com.

Il reste 56% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.