Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Mort de Steve Maia Caniço : le préfet mis en examen

Claude D’Harcourt, préfet de Loire-Atlantique au moment de la mort de Steve Maia Caniço, a été mis en examen pour homicide involontaire, jeudi 14 octobre. Un coup de tonnerre judiciaire pour cet homme, désormais directeur général des étrangers en France au ministère de l’Intérieur, élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur… Il rejoint donc son directeur de cabinet et le sous-préfet, ainsi que le commissaire de police en charge du dispositif, également mis en examen en juillet dernier. Steve Maia Caniço était tombé dans la Loire à la suite d’une opération de police controversée lors de la Fête de la musique, à Nantes en 2019. Le corps du jeune homme, qui ne savait pas nager, avait été retrouvé plus d’un mois plus tard en aval du fleuve.

Stocamine : la justice s’oppose à l’enfouissement des déchets toxiques

Le projet d’enfouissement Stocamine devait enterrer définitivement 42 000 tonnes de déchets toxiques dans une ancienne mine de potasse à Wittelsheim (Haut-Rhin). Problème, la mine se trouve sous la nappe phréatique d’Alsace, une des plus grandes d’Europe.

Ces déchets contaminés à l’arsenic, au mercure, au cyanure ou encore à l’amiante sont pour partie enterrés depuis les années 1990, mais l’État avait toujours garanti une possibilité de « déstockage »… jusqu’en janvier, quand Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, avait décidé un confinement illimité. La justice vient de trancher en faveur des militants du collectif Destocamine et de suspendre l’autorisation des travaux de confinement définitif des déchets industriels Stocamine. Le collectif parle d’une victoire pour les générations futures.

Carrefour sous-traite sa propre main-d’œuvre

Carrefour met un coup d’accélérateur dans sa stratégie de sous-traitance de ses propres salariés. Après 64 magasins en 2020 et une première vague de 55 points de vente en 2021, ce sont encore 43 nouvelles unités qui vont passer sous le mode de la location-gérance. Au total, 6 000 salariés vont perdre les avantages sociaux négociés à l’échelle du groupe (mutuelle, majoration des heures de nuit et du dimanche, compte épargne-temps, etc.). Une perte moyenne d’au moins 2 300 euros par an par salarié, selon l’estimation de la CFDT.

Depuis 2018, ce sont 20 000 salariés qui ont dû quitter le groupe Carrefour, notamment en raison d’une location-gérance, estime la CGT. Et ce, malgré des bénéfices mirobolants : 629 millions d’euros de résultat opérationnel courant en 2020, en hausse de 13 % sur un an.

Dans le même temps, plus de deux salariés sur trois se disent épuisés physiquement et moralement au travail, selon les résultats d’une consultation interne organisée par la CFDT. Les syndicats du groupe, dont les recours contre cette généralisation de la location-gérance ont pour l’heure tous avorté, annoncent des journées de grève dans les magasins concernés.

Françafrique : Le business de la dette

À l’heure où les grandes puissances peuvent emprunter à des taux quasi nuls des sommes colossales pour financer leurs plans de relance, l’étau de la dette se resserre sur les pays d’Afrique de l’Ouest. « Une cure d’austérité encouragée par le FMI à travers ses prêts covid-19 » s’abat sur la population, alerte Oxfam, dans un rapport publié le 12 octobre. Notamment en Côte d’Ivoire et au Sénégal, où le service de la dette représente une somme supérieure au budget de la Santé. Le report d’échéance concédé par les pays du G20 au printemps 2020 n’a qu’un effet limité, car deux tiers des créances sont entre les mains de banques privées, notamment françaises. Ce sinistre business rapporte 200 millions de dollars aux banques hexagonales chaque année, dénonce l’ONG.

Énorme manifestation antifasciste à Rome

Alors que le centre gauche vient de remporter la plupart des grandes villes (Rome, Milan, Turin…) aux municipales, la capitale italienne a renoué avec la tradition des manifestations antifascistes. En riposte au saccage, le 9 octobre, du siège national de la CGIL, première confédération syndicale italienne, par des nervis de Forza Nuova, en marge d’une manif anti-passe sanitaire, plus de 250 000 personnes ont défilé contre le danger fasciste et exigé la dissolution de ces groupuscules. Cent ans après la marche sur Rome de 1922, qui porta Mussolini au pouvoir, le saccage du siège d’un syndicat a rappelé de funestes souvenirs…

Flamanville lâche les gaz

Les défenseurs du nucléaire s’arc-boutent sur l’argument de ses « faibles émissions » de gaz à effet de serre. Or voilà les deux réacteurs de la centrale de Flamanville pris en flagrant délit de dépassement de la limite annuelle « autorisée » de 100 kg pour les rejets d’hexafluorure de soufre (SF6). Rien d’anecdotique : sur une année, l’équivalent des émissions de 200 personnes en France, car le potentiel de réchauffement de l’atmosphère de ce gaz est 23 000 fois supérieur au CO2 ! Et la persistance du SF6 dans l’atmosphère est de 3 000 ans (contre 100 ans pour le CO2). Et le pays compte 56 réacteurs.

Santé : Une crise sanitaire peut en masquer une autre

Environ 4,1 millions de personnes dans le monde souffrent de tuberculose sans être diagnostiquées ou officiellement déclarées, estime l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Un chiffre en forte hausse par rapport aux 2,9 millions de 2019. Cette augmentation fulgurante de cas serait due à la perturbation des services de santé essentiels par la pandémie de covid-19 qui aurait donc « commencé à réduire à néant des années de progrès contre la tuberculose », a souligné Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, dans un communiqué.

Un million et demi de personnes sont mortes des suites de cette infection l’an dernier, renvoyant le monde à la situation de 2017. La tuberculose est la deuxième maladie infectieuse la plus meurtrière dans le monde après le covid-19, avec près de 4 100 morts par jour.

Zemmour : Un projet fasciste

Éric Zemmour n’ira pas par quatre chemins pour « renverser » le progressisme traduit en « idéologie antiraciste, LGBT et islamogauchisme » : « Aujourd’hui, a-t-il lancé à Béziers, nous avons des contre-pouvoirs qui sont devenus le pouvoir, c’est-à-dire la justice, les médias, les minorités. Nous devons enlever le pouvoir à ces contre-pouvoirs. » Un rêve totalitaire, qui a toujours été la marque… du fascisme.

Une politique signée McKinsey

Déjà épinglé en février pour s’être appuyé sur les cabinets privés de conseil dans l’élaboration de sa politique vaccinale, le ministère de la Santé n’a pas dévié de sa ligne de conduite. McKinsey a engrangé, en mars et mai, deux belles commandes supplémentaires, pour un total de 9,56 millions d’euros depuis décembre 2020, indique le site Consultor.

Lyon contre l’extrême droite

Les violences d’extrême droite sont en augmentation en France, notamment à Lyon, bastion de nombreux groupes et mouvances violentes. Selon le site d’information Rapports de force, c’est dans la capitale des Gaules que les violences sont les plus nombreuses, entre ratonnades, « White Power » et attaques de conférences. En réponse, de nombreuses organisations appellent à une manifestation samedi 23 octobre, à 14 h 30 place Bellecour.

Hommage confisqué

Lors de la commémoration du massacre du 17 octobre 1961, les manifestants et les familles des victimes qui voulaient se recueillir ont été empêchés d’accès au pont Saint-Michel pour permettre au préfet Lallement, qui n’a pas jugé bon de faire un discours, de déposer une simple gerbe. Une situation vécue comme une humiliation par de nombreux participants au cortège parisien.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.