Solidarité : Une victoire de l’humanité

Pierre-Alain Mannoni, qui avait accepté de conduire trois Érythréennes blessées jusqu’à son domicile, dans la vallée de la Roya, vient d'être relaxé.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le délit de solidarité une nouvelle fois mis KO ! Cette fois, le vainqueur s’appelle Pierre-Alain Mannoni. Cet universitaire niçois n’a jamais flanché malgré six procès en cinq ans. La relaxe avait pourtant été obtenue par ses avocats dès 2017, mais le procureur avait fait appel, bien décidé à faire condamner celui qui était désigné comme un passeur. Les faits qui lui collent à la peau se déroulent au cœur de la vallée de la Roya et remontent à 2016, lorsqu’il a accepté de conduire trois Érythréennes blessées, dont une mineure, jusqu’à son domicile. « C’était très clair qu’il n’y avait rien de reprochable dans mon geste mais le parquet s’est acharné jusqu’au bout et… j’ai gagné !!! Les trois femmes que j’ai recueillies avaient fui la guerre et elles sont aujourd’hui en sécurité, elles ont les bons papiers,
un travail et un avenir », a-t-il déclaré le 7 octobre, lorsque la Cour de cassation a enfin rejeté le pourvoi du ministère public. Une victoire qui respire l’humanité et la sagesse. Mais ce chaos judiciaire a révélé les faces les plus sombres et honteuses de la politique migratoire française.

« En cinq ans, j’en ai vu et entendu : des procureurs qui inventent des faits, des préfets condamnés et recondamnés, des élus qui mentent et rementent. Si vous trouvez que l’État gère mal la crise sanitaire, sachez que la gestion des frontières et de l’immigration est tellement inefficace et ignoble que c’est caché. J’espère qu’un jour les responsables seront poursuivis », s’est indigné Pierre-Alain Mannoni avant de s’adresser à ses nombreux soutiens, aussi déterminés que lui. Et de conclure, avec la philosophie qui le caractérise : « Merci à ceux qui croient à des valeurs humaines non négociables, ce sont de bons repères en ces temps troubles… »


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.