Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Bergams agite la menace d’une liquidation

Après un mois et demi de grève des employés, les dirigeants du fabricant de sandwichs Bergams menacent de liquider l’entreprise, prétendant que l’arrêt de la production a conduit les principaux clients de la société à déserter. Une inversion de la responsabilité alors que, depuis le 14 septembre, les grévistes – qui occupent les locaux depuis le 29 octobre – demandent le retrait d’un accord de performance collective (APC) voté en janvier, dont ils dénoncent aujourd’hui les effets : une baisse des salaires pour une augmentation des heures de travail. Afin d’éviter la fermeture, les délégués CGT proposent une expertise économique pour explorer d’autres pistes de sortie. Pour la ville la plus pauvre de France, voir son premier employeur privé fermer serait un « drame social et une blessure territoriale », note le maire communiste de Grigny (Essonne), Philippe Rio, qui demande l’aide du gouvernement.

Italie : Le Sénat aux ordres du Vatican

Des milliers de manifestants ont défilé dans la plupart des villes d’Italie, le 30 novembre, pour crier leur dégoût suite au vote, la veille (à bulletins secrets), du Sénat italien, qui a rejeté une proposition de loi, portée par le parlementaire (démocrate) Alessandro Zan, modifiant le code pénal afin d’aggraver les peines à l’encontre des actes, discriminations et propos LGBT-phobes. Une vraie « trahison » pour les manifestants, de la part de leurs sénateurs, si soucieux de ne pas heurter l’Église. C’est la première fois dans l’histoire que le Vatican demande officiellement, par voie diplomatique, à l’État italien de suspendre l’adoption d’un texte de loi. Le Saint-Siège a osé, arguant que la lutte contre l’homophobie entraverait… « la liberté d’expression » et le Concordat entre Rome et le Vatican !

L’immobilier recycle bien l’élu parisien

Jean-Louis Missika, ancien adjoint à l’urbanisme d’Anne Hidalgo après avoir été le codirecteur de sa campagne en 2014 et sa « boîte à idées », vient d’intégrer le comité de mission de Novaxia. Un pantouflage critiquable car, comme le rappelle la conseillère de Paris (LFI) Danielle Simonnet, il « a été l’artisan de la braderie d’un tiers de l’hôpital Hôtel-Dieu, situé au cœur de la capitale, au profit de cette entreprise de l’immobilier » qu’il intègre dorénavant pour prétendument contribuer à « développer l’investissement dans le recyclage urbain au bénéfice du plus grand nombre ». Le recyclage, cet ancien membre du conseil d’administration et vice-président d’Iliad, connaît : après cette fonction de lobbying auprès des personnalités politiques (2007-2008), il avait rejoint l’équipe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Il est plus douteux que ce soit au bénéfice du plus grand nombre.

Texas : la Cour suprême réexamine la loi anti-avortement

Pire qu’en Pologne : le Texas a adopté une loi qui interdit tout avortement, même en cas de viol ou d’inceste, « dès que les battements de cœur de l’embryon sont détectés », vers 6 semaines, alors que la loi fédérale états-unienne a fixé la limite à environ 24 semaines, seuil de viabilité du fœtus. Le gouvernement fédéral se bat pour faire invalider la loi, mais des juges conservateurs l’ont rétablie après appel de l’État. En retrait depuis deux mois, la Cour suprême (dominée par les conservateurs) a consenti à intervenir pour garantir le respect de la Constitution. La décision pourrait ne pas être rendue avant 2022.

Soudan : La résistance populaire se poursuit

En 2019, après 30 ans de la dictature militaro-islamiste d’Omar El-Béchir, les Soudanais·es ont renversé ce régime honni et corrompu, qui jouait de la manipulation de la religion et des imams. Après une longue lutte d’émancipation collective, notamment un impressionnant sit-in d’un an autour du siège des forces de sécurité à Khartoum. La situation économique s’est cependant dégradée, avec une inflation de 400 %. Les militaires n’ont cessé depuis de clamer le besoin d’hommes forts au pouvoir. Un coup d’État dirigé par le général Al-Bourhane a renversé le gouvernement à majorité civile le 25 octobre. Depuis, les citoyen·nes soudanais·es ont repris la lutte, face à des hommes en uniforme qui tirent à balles réelles. Avec déjà plus d’une dizaine de morts, officiellement.

Censure : Retour du crime de lèse-majesté

Dans la discussion budgétaire, la présidente du groupe LFI, Mathilde Panot, était à la tribune, le 29 octobre, et allait présenter un amendement donnant le budget réception de l’Élysée à l’hôpital public, quand le président de séance lui a interdit de poursuivre. Richard Ferrand avait « considéré que l’exposé des motifs de l’amendement […] était contraire au règlement de l’Assemblée ». Diable ! Ce texte facétieux reprenait les paroles de « Santé », la chanson de Stromae, sortie le jour où « les sujets du roi Macron découvraient avec étonnement les dernières crasses de leur monarque » : une réception fastueuse avec « quelques privilégiés » après avoir participé à un match du Variétés club de France « au profit de la Fondation des Hôpitaux présidée par Dame Patronesse Brigitte » contre « les valeureux soignants du CHU de Poissy ». Ce crime de lèse-majesté réclamait bien de bâillonner une députée.

Un G20 plein de clichés

Pour faire de belles photos, les membres du G20 sont toujours au rendez-vous. Pour rehausser leurs ambitions et tenir leurs promesses, c’est autre chose. Une quinzaine d’entre eux, dont Narendra Modi, Boris Johnson et Emmanuel Macron, ont pris la pose à Rome devant la fontaine de Trevi, jetant une pièce dans l’eau selon la tradition. Mais, au-delà des clichés, les annonces sur le climat déçoivent : l’objectif de limitation de l’augmentation des températures à 1,5 °C est réaffirmé, la fin des subventions aux centrales au charbon à l’étranger a été actée, mais sans date précise… Une politique climatique au petit bonheur la chance qui ne rassure pas au moment où s’ouvre la COP 26 à Glasgow.

Engrais azotés ultra-polluants

Des chercheurs, associés à Greenpeace International, l’Institute for Agriculture and Trade Policy et l’association Grain, révèlent que les engrais azotés de synthèse aggravent la crise climatique : leur production et leur utilisation représentent 2,4 % des émissions de gaz à effet de serre. Depuis les années 1960, leur utilisation a augmenté de 800 %, selon le Giec. Et la tendance n’est pas près de s’inverser… Le sujet sera-t-il abordé lors de la COP 26 ?

Un drame évité de justesse

Un délégué syndical de la plateforme logistique H&M GBC au Bourget (Seine-Saint-Denis) a tenté de s’immoler par le feu le 26 octobre, au sortir d’une réunion de négociation du plan social qui doit accompagner la fermeture du site. Le salarié aux dix-huit ans d’ancienneté a été immédiatement secouru par ses collègues, présents sur le piquet de grève. Malgré des bénéfices au beau fixe, H&M licencie 150 personnes pour réorganiser ses « flux logistiques ».

Pas de papa sur le pré

Pour la naissance de son second enfant, le rugbyman Timoci Nagusa a décidé de prendre les 28 jours de congé paternité auxquels il a droit. Par ce geste inédit, il a visiblement violé une règle implicite, à en croire les réactions de certaines sommités de l’ovalie : « Je vois mal un entraîneur accepter cela » (Philippe Saint-André), « il se fout de la gueule de tout le monde » (Christophe Urios)… Félicitations à lui !

Convocation non honorée

Convoqué le 5 novembre à Bordeaux par la chambre disciplinaire du conseil régional de l’Ordre des médecins de Nouvelle Aquitaine, où sera délocalisé l’examen de plaintes déposées contre lui, le professeur Didier Raoult n’assistera cependant pas à cette audience. Selon son avocat Me Brice Grazzini, il aurait « envoyé un mémoire pour exposer [sa] position ». Ce qui ne permettra pas un débat contradictoire.

Une COP au charbon ?

Avec l’explosion des prix du gaz, des centrales à charbon ont été rallumées partout dans le monde, pour amortir la hausse des factures. En Allemagne, en France, au Royaume-Uni et en Italie, la génération d’électricité au charbon a grimpé en septembre de 43 % par rapport à 2020. Fâcheux symbole pour la COP 26, même si l’usage du charbon reste heureusement temporaire et marginal dans le mix énergétique.


Haut de page

Voir aussi

Annie Ernaux : « J’ai l’habitude de regarder les choses en face ! »

Culture accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.