Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Chair à canon

Ce sont près de 4 000 demandeurs d’asile, principalement irakiens et syriens, mais aussi afghans et yéménites, qui se pressent depuis deux semaines en Biélorussie, aux frontières avec la Pologne et la Lituanie, dans un froid glacial et sans aide humanitaire. Le dictateur bélarusse Alexandre Loukachenko a actionné cette opération comme un acte de guerre diplomatique contre l’Union européenne, avec la complicité du Kremlin et de Damas, en réaction aux sanctions prises à son encontre après les élections volées d’août 2020. Les personnes ont notamment été acheminées en avion depuis plusieurs pays du Moyen-Orient par la compagnie Cham Wings, détenue par Rami Makhlouf, puissant cousin de Bachar Al-Assad. Cette alliance de régimes autoritaires appuie ainsi sur la principale faiblesse de l’UE, sa peur panique d’une « submersion migratoire ». La Pologne a annoncé vouloir commencer la construction d’un mur à sa frontière à partir de décembre, et les 27 s’enfoncent dans l’indignité en refusant d’accueillir ces réfugiés.

Nouvelle-Calédonie : La crise du référendum

Droit dans ses bottes, le gouvernement maintient au 12 décembre l’ultime référendum sur l’indépendance de l’archipel, comme prévu. C’est une « déclaration de guerre » pour les mouvements kanaks, décidés à boycotter le scrutin. Une colère à ne pas prendre à la légère. En 1987, ils avaient déserté un simulacre de scrutin similaire. L’année suivante éclatait un sanglant conflit marqué par le massacre de la grotte d’Ouvéa. Depuis, les accords de Matignon (1988) et de Nouméa (1998) ont considéré avec plus de sérieux les revendications des autochtones (près de la moitié de la population), enclenchant un processus de décolonisation prévoyant trois référendums sur l’indépendance. Les deux premiers ont acté un « non », mais de plus en plus court (56,7 % en 2018, 53,3 % en 2020). Par son insistance légaliste (et l’espoir d’un nouveau « non »), le gouvernement est soupçonné de surtout vouloir tenir une position territoriale dans ce Pacifique où l’affaire des sous-marins australiens vient de lui infliger un camouflet magistral. Les mouvements kanaks défendent, eux, un report, leurs communautés étant encore plongées dans les deuils de la crise covid. On peut faire le pari qu’ils obtiendront gain de cause, Paris ne peut risquer de ranimer le conflit.

Guyane : Titres de séjour 2.0, la justice dit non

Le tribunal administratif de Cayenne a tranché, le 28 octobre : la préfecture de Guyane « devra laisser aux personnes étrangères la possibilité d’accomplir leurs demandes de titre de séjour sans utiliser le numérique ». Une décision qui se heurte à la volonté du gouvernement d’imposer la dématérialisation totale des demandes de titres de séjour d’ici fin 2022. En novembre 2019, le Conseil d’État avait déjà confirmé le caractère facultatif des démarches matérialisées, pour l’ensemble des usagers et usagères du service public. Deux ans plus tard, 23 recours ont été intentés par six organisations de solidarité avec les migrants ; elles dénoncent un blocage ou une interruption d’accès aux droits de nombreuses personnes, qui restent ou deviennent sans papiers faute de pouvoir formuler leur demande.

La RATP condamnée pour fichage

La Commission nationale informatique et libertés (Cnil) a condamné la RATP à 400 000 euros d’amende pour le fichage de ses agents. La direction du transporteur francilien répertoriait, dans un fichier destiné à décider des avancements de carrière de ses salariés, des informations sensibles comme le nombre de jours de grève, d’arrêts maladie et d’accidents du travail.

Le Japon tient au charbon

La signature d’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre manque à l’accord sur la sortie progressive du charbon, adopté dans le cadre de la COP 26 par 46 pays. Avec ses 160 unités de production d’électricité à base de charbon et de nombreux projets encore en cours sur son sol ou à l’étranger, le Japon a préféré passer son tour. Cela ne l’empêche pas de promettre le « zéro émission nette » en 2050, grâce au recours à l’hydrogène et à l’ammoniac, deux gaz produits à l’étranger à partir… d’énergies fossiles.

Victoire en demi-teinte

Les sept militants climat accusés de « trouble au fonctionnement d’installations aéroportuaires » et de « dégradations lourdes » pour avoir pénétré sur le tarmac de l’aéroport de Roissy le 3 octobre 2020, afin de dénoncer le projet d’extension du Terminal 4, ont été relaxés. Mais le tribunal de Bobigny a retenu des « dégradations légères » pour deux d’entre eux et n’a pas reconnu l’état de nécessité climatique.

Les Zouaves Paris devant la justice

Cinq membres du groupe d’ultra-droite parisien les Zouaves comparaissaient le 12 novembre pour l’attaque du bar antifasciste le Saint-Sauveur en juin 2020. Mais les loupés de l’enquête, le mutisme des clients du bar conforté par le passage à tabac d’un assaillant rattrapé, ainsi que le silence des accusés, ont forcé le parquet à demander la relaxe pour trois d’entre eux. Pour Marc de Cacqueray, chef présumé du groupe dont l’ADN a été retrouvé sur place, le procureur a requis dix mois de prison. Délibéré le 20 juillet 2022.

Confinement discri-minatoire

L’Autriche est devenue lundi le premier pays de l’UE à confiner les personnes non immunisées après avoir attrapé le covid ou non vaccinées. Elles n’auront pas le droit de quitter leur domicile sauf pour faire leurs courses au supermarché, du sport ou des soins médicaux. Et aller au travail, moyennant des tests. La mesure, qui s’applique à partir de 12 ans est choquante, mais un tantinet moins hypocrite que l’exigence du passe chez nous.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.