Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

OPÉRATION SPÉCIALE CAMPAGNE DE DONS : LE SITE POLITIS EN ACCÈS LIBRE.
Cet article vous est offert, ainsi que tous ceux publiés pendant notre campagne de sauvetage, du 17 novembre et le 31 décembre. Faites-le savoir autour de vous. C’est le moment ou jamais de faire connaître notre journal. Politis ne doit pas mourir !


Inde : Victoire des paysans

La révolte des paysans indiens grondait depuis plus d’un an dans les campagnes avant de se massifier avec des cortèges de tracteurs et des campements installés aux portes de Delhi. Avec un cri de ralliement puissant : « Arrêtez de tuer les paysans ! » Leur persévérance et le poids électoral des agriculteurs dans certains États du pays ont eu raison de la poigne du Premier ministre. Narendra Modi a surpris tout le monde en annonçant l’abrogation des trois lois agricoles qui avaient été l’étincelle de la fronde paysanne. « J’appelle tous les agriculteurs participant aux manifestations à rentrer chez eux, à retrouver leurs proches, leur ferme et leur famille », a-t-il déclaré.

Cette réforme agricole controversée avait été adoptée en septembre 2020, sans aucune concertation avec les syndicats. Elle modifiait en profondeur les conditions de vente de certains produits : les agriculteurs étaient poussés à vendre leurs productions aux acheteurs de leur choix, plutôt qu’à se tourner vers les marchés contrôlés par l’État qui leur assurent un prix de soutien minimal. Cette libéralisation accélérée aurait précarisé encore davantage les paysans. Les syndicats ont salué une « victoire historique ».

Chili : La réaction bourgeoise relève la tête

À la suite du mouvement social massif de 2019, le Chili a élu une Assemblée constituante chargée de mettre fin à la loi fondamentale imposée par Pinochet, écrite sous la dictée des « Chicago Boys », ces économistes ultralibéraux qui ont alors gravé dans le marbre le dogme interdisant toute politique sociale de l’État. Mais le premier tour de l’élection présidentielle du 21 novembre a vu arriver en tête José Antonio Kast (28 %), nostalgique de la dictature militaire et multimillionnaire, frère d’un ministre de Pinochet et fils d’un officier de la Wehrmacht arrivé au Chili après 1945. Il affrontera au second tour, le 19 décembre, Gabriel Boric (25 %), candidat d’une large coalition de gauche, ancien leader du mouvement étudiant de 2011 et défenseur de la Constituante, pour l’institution de vrais services sociaux d’État. -Espérons que le Chili n’élise pas le « Bolsonaro de Santiago »…

Emploi : Des centaines de Bergams invisibles

Après deux mois de grève, le tribunal de commerce a mis l’usine alimentaire Bergams de Grigny (Essonne) en liquidation immédiate. Pour les 283 salariés, licenciés ou reclassés dans les autres usines du groupe, c’est la fin tragique d’un bras de fer qui les opposait à une direction inflexible, à la suite d’un accord de performance collective (APC) baissant les salaires et augmentant le temps de travail des seuls employés des chaînes de production (lire Politis n° 1675, du 13 octobre). Bergams n’est toutefois pas un cas isolé : avec la pandémie, ces accords d’un type nouveau, particulièrement durs, sont en hausse de 86 %, selon une étude du ministère du Travail (Dares) paru le 23 novembre. Ils sont plus souvent temporaires, mais aussi davantage tournés vers une baisse de rémunération et ne prévoient que très rarement un retour en arrière en cas d’amélioration de la situation (21 %) ou des efforts portant sur les cadres dirigeants (18 %).

Violences conjugales : Une hausse de 10 % en 2020

Ce sont 159 400 victimes enregistrées par les services de police et de gendarmerie en 2020, d’après les chiffres du ministère de l’Intérieur. Parmi elles, près de 87 % sont des femmes. Les violences conjugales ont augmenté de 10 % lors du premier confinement par rapport à la même période en 2019, et ont baissé de 13 % pendant le deuxième. Mais les victimes sont peu nombreuses à porter plainte, en particulier lorsqu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel. En 2020, 5 500 « seulement », soit 3 % des victimes, ont porté plainte pour viol ou agression sexuelle par leur conjoint. L’Insee, dans son enquête « Cadre de vie et sécurité », estime que chaque année, entre 2011 et 2018, 295 000 personnes ont été victimes de violences conjugales. Parmi elles, seules 27 % se sont déplacées au commissariat ou à la gendarmerie, 18 % ont déposé plainte et 7 % une main courante ou un procès-verbal de renseignement judiciaire.

Menace d’une famine globale durable

40 % de la population mondiale (soit 3 milliards de personnes) n’a « plus le pouvoir d’achat pour se nourrir sainement ». L’indice de la FAO mesurant les prix des denrées alimentaires sur les marchés internationaux a augmenté de 30 % sur les douze derniers mois. La pandémie de covid-19 a créé une crise des filières agroalimentaires, entre problèmes logistiques, spéculatifs et de main-d’œuvre.

Un tortionnaire à Interpol

L’assemblée générale de l’organisation policière internationale doit élire ce jeudi son président. Le général Ahmed Nasser Al-Raisi, des Émirats arabes unis, qui fait figure de favori, est « responsable de détentions arbitraires et d’actes de torture répétés et systématiques infligés aux prisonniers d’opinion et défenseurs des droits humains », selon plusieurs ONG.

Musicien emprisonné

Le chanteur syrien Omar Souleyman, réfugié en Turquie depuis 2011 est mondialement connu depuis sa collaboration avec Björk et ses adaptations « électro » de la musique syrienne. Bien que ses chansons soient peu politiques, il a été arrêté le 17 novembre pour « appartenance au PKK ». Les accusations à l’encontre du chanteur, qui avait même loué ces dernières années l’accueil de ses compatriotes dans la Turquie d’Erdogan, sont pour le moins floues…

Vinci a la voie libre

Malgré la résistance des écologistes sur le terrain et dans les tribunaux, le fameux grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg verra sans doute le jour dès décembre. La cour administrative d’appel de Nancy a autorisé la mise en service de cette autoroute dès la fin des travaux menés par Vinci. Comble de l’ironie, les motifs concernent la santé et l’environnement : réduction de la pollution de l’air, du bruit…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.