Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


IVG : Allongement du délai, enfin !

Après plusieurs années, ça y est, le délai légal pour recourir à l’interruption volontaire de grossesse passe enfin de 12 à 14 semaines, après des mois de négociations. Le texte porté par Albane Gaillot, députée ex-LREM, passée écologiste (lire notre entretien croisé pages 22 à 25), a été définitivement approuvé le 23 février par l’Assemblée nationale, malgré un long blocage par la droite, notamment au Sénat. La loi vise à répondre à un manque de praticiens et à la fermeture progressive des centres pratiquant l’IVG. C’est pourquoi elle ouvre dans le même temps la possibilité aux sages-femmes de pratiquer les IVG instrumentales. Mais cette avancée n’est pas complète : le texte prévoyait initialement la suppression de la « clause de conscience », qui permet aux médecins de refuser de pratiquer des avortements. Mais cet amendement a été supprimé en octobre 2020, pour permettre la navette parlementaire.

La Clef : clap de fin

Il n’y a plus de cinéma associatif à Paris. Mardi, ce n’est pas le public d’habitués que l’on pouvait voir devant « La Clef », cette salle de projection d’art et d’essai du Ve arrondissement, mais plusieurs fourgons de CRS. Devant un regroupement de soutiens, les policiers ont expulsé celles et ceux qui faisaient vivre ce cinéma depuis 2019, fermé un an plus tôt par les propriétaires. Cette occupation était menée par l’association Home Cinéma, regroupant professionnels, cinéphiles, habitants du quartier… Elle proposait quelque 300 projections par an, à prix libre.

Ce triste clap de fin arrive au terme d’une longue bataille judiciaire. Déterminé à vendre le cinéma, le conseil social et économique de la Caisse d’Épargne d’Île-de-France, qui en détient les murs, avait porté plainte contre l’association en 2019. Home Cinéma avait sollicité plusieurs structures pour sauver l’institution, dont le Groupe SOS. Mais l’envergure de cet organisme de l’économie sociale et solidaire, et la proximité de son dirigeant avec LREM lui faisaient craindre le risque d’une transformation. Une collecte en ligne avait été lancée, avec l’espoir d’une possible préemption du Conseil de Paris. Qui a finalement préféré les CRS.

Corruption : Quand Ericsson rémunérait Daech

Le géant suédois de la téléphonie aurait versé des millions de dollars en pots-de-vin dans une vingtaine de pays pour gagner des parts d’un marché extrêmement juteux et concurrentiel. Après avoir été épinglé pour corruption entre 2000 et 2016 (Djibouti, Chine, Vietnam, Indonésie, Koweït), Ericsson a de nouveau été démasqué dans une dizaine de pays (Angola, Azerbaïdjan, Bahreïn, Brésil, Chine, Croatie, Libye, Maroc, États-Unis, Afrique du Sud, voire Liban, Espagne, Portugal et Égypte). Surtout, la multinationale aurait payé Daech pour rester dans le nord de l’Irak et y sécuriser ses affaires. C’est le résultat de plusieurs mois d’enquête du Consortium international des journalistes d’investigation, qui s’affirme, affaire après affaire, comme un contre-pouvoir incontournable pour révéler des malversations à l’échelle planétaire.

La France viole les droits de l’enfant

« Le refus de la France de rapatrier des enfants français détenus dans des camps syriens dans des conditions mettant leur vie en danger depuis des années viole leur droit à la vie, ainsi que leur droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants », a jugé, le 24 février, le Comité des droits de l’enfant, corps d’experts indépendants qui contrôle l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant des Nations unies. Le comité était chargé d’examiner le cas de 49 enfants français, dont les parents auraient collaboré avec le groupe État islamique. C’était en 2019, le gouvernement français a rapatrié 11 de ces enfants. Les 38 autres sont toujours détenus. Le comité exhorte la France à rapatrier ces enfants détenus en Syrie, avec leurs mères.

Fillon quitte les sociétés russes, pas Schröder

Pécresse peut souffler ! L’encombrant François Fillon a fini par démissionner de ses mandats aux conseils d’administration des géants russes de pétrochimie Sibur et Zarubezhneft, contrôlés par des oligarques proches de Poutine. Mais l’ex-chancelier social-démocrate Gerhard Schröder s’accroche, lui, à son siège chez Gazprom, en particulier au conseil des actionnaires du gazoduc Nord Stream 2. L’auteur de l’odieuse loi travail allemande, qui n’a jamais caché vouloir « gagner de l’argent » après la politique, embarrasse fortement l’actuel chancelier, Olaf Scholz, dont toute l’ascension politique s’est faite dans le sillage de Schröder…

Le retour du tueur d’abeilles

Le Conseil d’État a autorisé l’utilisation des néonicotinoïdes pour les betteraves sucrières pour une durée de 120 jours. Ces insecticides, interdits dans l’UE depuis 2018, ont déjà bénéficié de plusieurs dérogations depuis 2020, notamment pour faire face à une épidémie de jaunisse. Ils portent atteinte à la biodiversité, mais le gouvernement privilégie le rendement
et ne vise une sortie définitive qu’en 2024.

Une Noire à la Cour suprême

Promesse tenue : Joe Biden a nommé une magistrate noire, une première, à la plus haute juridiction états-unienne. La confirmation de Ketanji Brown Jackson par le Sénat est a priori acquise : il est à majorité démocrate. Mais d’une seule petite voix. Les élections de mi-mandat, en novembre, pourraient changer la donne. Aussi, alors que ces juges sont nommés à vie, Stephen Breyer, le plus âgé d’entre eux, a été poussé à la démission pour permettre cette nomination. Qui ne modifiera pas l’équilibre de la cour, dont six des neuf juges sont conservateurs.

Coups de chaud sur la santé mentale

D’après une étude de cas américaine réalisée entre 2010 et 2019, les températures les plus élevées en saison chaude augmenteraient le risque de visites aux urgences pour des problèmes de santé mentale : troubles de l’humeur ou du comportement, toxicomanie, schizophrénie, automutilation, avec un risque suicidaire plus élevé. En cause, le sommeil perturbé par la chaleur excessive et l’augmentation du désespoir et de l’anxiété liés à l’anticipation du changement climatique.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.