La Chine génocidaire toujours bienvenue à la Fête de l’Humanité

Le dernier rapport de l’ONU parlant de « crime contre l’humanité » pour qualifier la répression de Pékin contre les Ouïgours n’a pas empêché la Chine d’être invitée, une nouvelle fois, à la Fête de l’Huma.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Des livres célébrant Xi Jinping d’un côté, des Ouïgours qui meurent dans des camps de concentration de l’autre. Malgré d’ultimes preuves du massacre à l’encontre de la minorité musulmane, enfin reconnu par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme dans un rapport tardif rendu le 31 août, LHumanité a maintenu sa traditionnelle invitation du Parti communiste chinois (PCC) à la Fête de l’Huma, qui a eu lieu ce week-end.

Comme chaque année, et ce en dépit de nombreux rapports d’ONG, d’enquêtes journalistiques et d’alertes de la diaspora, Pékin a conservé les mains libres pour déverser sa propagande. Par l’intermédiaire de l’ambassade de Chine, également présente, le public pouvait se délecter de reportages parus dans la revue Dialogue Chine-France, éditée par les nouvelles Éditions de la Route de la soie, où le Xinjiang est vanté pour ses atouts touristiques, sa cuisine ou son parc industriel.

Comme si les 380 centres de « rééducation » où l’autorité chinoise s’adonne à des traitements inhumains n’existaient pas. Ou que le million de personnes qui y sont détenues se résumait à un mythe entretenu par les « ennemis américains ». Une diplomatie du black-out dont le seul but est de « promouvoir l'image de la Chine », _rappelait la chercheuse Séverine Arsène à nos confrères de CheckNews, dès 2019. À la Fête de l’Huma, parmi les députés de la Nupes présents sur place, seuls quelques élus écologistes ont voulu protester, en brandissant des pancartes pour rappeler le génocide en cours. Une action symbolique qui n’apparaît pas dans le compte rendu de _LHuma sur l’événement organisé par le journal.

La nouvelle arme de Pékin : la faim

Fortement médiatisée, la répression dans les camps, que le régime qualifie de « rééducation », s’organise et prend des formes diverses hors les murs. La nouvelle arme utilisée par Pékin ? La faim. Depuis le confinement strict décrété en août par le pouvoir central dans plusieurs villes, dont la capitale, Urumqi, des habitants se plaignent de ne pas pouvoir s’alimenter ou se soigner. Bloqués chez eux, certains affirment que le régime les affame délibérément. Des témoignages, et notamment des vidéos, grossissent jour après jour le hashtag #StarvationGenocide créé sur Twitter.

Si un débat sur la confrontation entre la Chine et les États-Unis était organisé dans l’espace international du festival, le « Village du monde », impossible de savoir qu’au même moment des Ouïgours étaient descendus dans les rues de Ghulja pour dénoncer la politique de Xi Jinping. Des témoignages publiés sur les réseaux sociaux évoquent aussi l’arrestation de plusieurs manifestants.

La charte de la Fête de l'Huma promettait « un lieu de partage, de solidarité et de lutte contre toutes les violences et les discriminations »...

Les organisateurs de la Fête de l’Huma, dont la charte promettait « un lieu de partage, de solidarité et de lutte contre toutes les violences et les discriminations », ne semblent pas avoir pris connaissance de ces faits. À moins qu’ils ne préfèrent fermer les yeux devant les agissements de l’encombrant PCC, même quand « les allégations de pratiques de torture, […] de traitements médicaux forcés et de mauvaises conditions de détention, tout comme les allégations d’incidents individuels de violences sexuelles et sexistes [à son encontre] sont crédibles », annonce l’ONU. Contacté, Fabien Gay, sénateur communiste de Seine-Saint-Denis et directeur de LHumanité, n’a pas répondu à notre sollicitation.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.