Les échos de la semaine

L'oeil de Politis sur l'actualité de la semaine en bref.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


La photo de la semaine : ligne de feu en Amazonie

© Politis

Un front d’incendie dévore lentement mais sûrement la forêt amazonienne au nord du Brésil, près de la « réserve extractive » de Lago do Cuniã, le 31 août 2022. Les réserves extractives, propriété de l’État, sont censées être protégées contre l’exploitation forestière et minière, mais de nombreux experts attribuent les incendies aux spéculateurs et aux exploitants agricoles illégaux qui défrichent ainsi le terrain. (Photo : DOUGLAS MAGNO / AFP.)

Chili : victoire écrasante du « non » à la nouvelle Constitution

Dès 20 h 45, le 4 septembre, sur la chaîne nationale, Gabriel Boric reconnaissait la victoire écrasante du « non » à la proposition de nouvelle Constitution : 62 % des votants ont rejeté la proposition écrite par l’assemblée paritaire élue en 2021. Il a immédiatement appelé « les institutions et les acteurs politiques à travailler avec plus de dialogue et de respect » pour proposer une Constitution « qui donne confiance et unit le pays ».

Dès ce lundi, les présidents des deux chambres parlementaires étaient invités au palais de la Moneda pour « construire un nouveau processus constituant et proposer un texte qui représente une plus grande majorité de citoyens ». Le jeune président chilien a également invité les forces politiques « qui se sont engagées à établir un nouveau processus constituant » à se réunir autour de la table. Le président de l’UDI, parti conservateur, a décliné l’invitation en précisant qu’il allait « être important de se rassembler, mais pas tout de suite ».

Gabriel Boric a pris ses fonctions en mars dernier, avec un ambitieux programme qui prétend répondre aux exigences sociales de la révolte d’octobre 2019 : éducation gratuite, santé universelle ou encore retraites dignes. L’adoption de la nouvelle Constitution « aurait été un appui solide pour les réformes structurelles du nouveau président », commente Claudia Heiss, politologue à l’université du Chili. Selon elle, « la victoire du “non” rend la suite incertaine » et « va restreindre le projet social de Gabriel Boric », qui « va se confronter aux mêmes obstacles que ses prédécesseurs socialistes, Bachelet et Lagos ». Elle nuance néanmoins en soulignant que, « même si le projet de Constitution est désormais dans les mains de la droite », celle-ci ne pourra pas « rester sourde à la révolte sociale de 2019 ». Marion Esnault (à Santiago du Chili).

Liz Truss : une « Dame de fer » 2022 en plein déni

Mardi 6 septembre, la très libérale et conservatrice Liz Truss a officiellement été nommée au 10, Downing Street. Ancienne ministre des Affaires étrangères, la successeure de Boris Johnson multiplie les hommages à Margaret Thatcher. Que ce soit en arborant sa silhouette signature – tailleur et chemise à nœud – ou en s’inscrivant explicitement dans l’idéologie politique de la Dame de fer, elle ne laisse rien au hasard. À l’heure où le Royaume-Uni souffre d’une inflation à deux chiffres, doublée d’une récession inédite, et alors qu’un mouvement de grève massif se prépare, les Britanniques, et particulièrement les plus pauvres, se préparent au pire. Fraîchement nommée, Liz Truss a déjà annoncé vouloir couper dans les dépenses publiques, limiter le droit à la grève et baisser l’impôt sur les sociétés. Une politique radicale propre à nourrir la colère populaire.

Salah Hamouri : l’enfer continue

Israël, qui se plaît à se présenter comme « la seule démocratie de la région », a prolongé de trois mois la détention administrative de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, 37 ans, maintes fois emprisonné par Tel-Aviv, selon une procédure – sans jugement et renouvelable indéfiniment – digne d’une lettre de cachet. Le Quai d’Orsay et l’Élysée demeurent discrets quant au sort de ce citoyen (pourtant) français…

Paris Match joue la prudence

Sale temps pour la liberté de la presse. Courant août, Valérie Pécresse a accordé à Paris Match un entretien exclusif dans lequel l’ex-candidate LR accusait Nicolas Sarkozy d’avoir tout bonnement « saboté sa campagne ». L’article, mis en page et programmé pour le 18 août, se voit remplacé au dernier moment par six pages sur les incendies de l’été. Les semaines passent, et plus de traces de ce qui avait tout l’air d’un scoop. Le 30 août, les journalistes de la rédaction s’indignent face à cette censure. Interpellée, la direction n’a pas communiqué publiquement. Depuis juin, Nicolas Sarkozy fait partie du conseil d’administration de Lagardère SA, propriétaire du titre dont Vincent Bolloré, proche de l’ex-président, est depuis peu, actionnaire principal.

Jupiter et les médias

Devant les ambassadeurs français réunis à l’Élysée, Emmanuel Macron a déclaré : « Nous devons beaucoup mieux porter la valorisation de nos actions [dans le monde] et pour cela beaucoup mieux utiliser le réseau France Médias Monde (FMM). » Les syndicats de journalistes du groupe, outrés, ont rappelé, comme le SNJ-CGT, que « FMM et les médias publics (…) ne sont pas au service d’une ligne politique présidentielle ou gouvernementale ».

Nouveaux contrats entre l’État et McKinsey

L’Ugap, centrale d’achat de l’État, a passé cet été un marché de 375 millions d’euros avec plusieurs sociétés de consulting, dont McKinsey, selon les révélations de L’Obs. Le choix du cabinet visé par une enquête pour fraude fiscale interroge, le montant du contrat aussi. Les seules dépenses de conseil en stratégie ont augmenté de 500 % par rapport à 2019, note l’hebdomadaire. Le gouvernement s’est pourtant engagé à réduire ces dépenses de 15 % cette année.

La Finlande (toujours) privée d’EPR

L’histoire de l’EPR finlandais Olkiluoto-3 est semée d’embûches. Avec douze ans de retard sur le planning initial, des premiers essais en mars et un lancement repoussé, la centrale a été arrêtée le 29 août en raison d’un énième incident. De quoi assombrir les espérances reposant sur la centrale, censée fournir à elle seule 15 % de la consommation électrique de la Finlande dès cet hiver.

Un train de retard pour le PSG

En plein débat sur la sobriété énergétique, le trajet polémique du PSG en avion pour un match à Nantes achève en beauté un été caniculaire. En conférence de presse, deux jours plus tard, l’entraîneur Christophe Galtier et l’attaquant Kylian Mbappé ont suscité l’indignation en proposant, hilares, que le club parisien se déplace désormais « en char à voile ». L’ironie de la réponse questionne sur l’ignorance des stars du football face à la crise climatique. Invitée à réagir au micro de France Inter mardi matin, la paléoclimatologue et membre du Giec Valérie Masson-Delmotte assure que l’influence de Kylian Mbappé en ferait « un excellent ambassadeur », plus efficace que n’importe quel scientifique. La Coupe du monde à venir au Qatar, désastre écologique et humain qu’aucun joueur français ne s’est engagé à boycotter, rappelle que le chemin est encore long.

Deliveroo se mange une nouvelle condamnation

C’est une nouvelle victoire contre l’ubérisation. Le 1er septembre, le tribunal judiciaire de Paris a condamné Deliveroo à verser 9,7 millions d’euros à l’Urssaf pour travail dissimulé. La plateforme de distribution de repas est accusée de ne pas avoir réglé les cotisations et contributions sociales de 2 286 livreurs d’Île-de-France. Après une première condamnation en juillet, la décision du tribunal conteste de nouveau le statut de travailleur indépendant des coursiers, estimant que « la livraison relève indissociablement » des activités de la plateforme. Deliveroo France a annoncé vouloir faire appel.

Homicide involontaire : la SNCF jugée dix ans après

Dans la nuit du 8 au 9 mars 2012, Anthony Ledon, 22 ans et cheminot depuis cinq mois, meurt percuté par un train sur son lieu de travail, un chantier ferroviaire près de Toury, en Eure-et-Loir. Après une longue décennie d’instruction, la SNCF sera jugée pour homicide involontaire ce jeudi 8 septembre au tribunal judiciaire de Chartres. Défaillance de sécurité sur le site, horaires légaux non respectés, défaut d’éclairage : dans son rapport rendu en 2013, l’inspection du travail avait lourdement chargé la SNCF. Pourtant, en janvier 2021, le juge d’instruction prononçait un non-lieu. Si la famille et les syndicats de cheminots n’avaient pas bataillé pour que la SNCF rende des comptes, le dossier aurait sombré dans la zone grise judiciaire des accidents du travail.

Le chiffre de la semaine : 7,6

C'est, en milliards de dollars, le bénéfice net, au 2e trimestre, de l’armateur CMA CGM. Qui a dit « super-profits » ?

La déclaration de la semaine

“Nos pays sont déjà contraints de consacrer entre 2 % et 5 % de leur PIB pour faire face à un problème qu’ils n’ont pas créé.”

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, lors du sommet pour l’adaptation au climat en Afrique, le 5 septembre aux Pays-Bas. Sommet auquel presque aucun dirigeant européen n’a daigné assister.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.