Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 7 janvier 2010

Accord Front de Gauche-NPA en Languedoc-Roussillon

René Revol à la convention nationale du Parti de Gauche, le 6 décembre 2009. Le Front de gauche et le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) sont parvenus à un accord en Languedoc-Roussillon pour présenter des listes aux élections régionales dans cette région, qui seront conduites par le maire de Grabels (Hérault), René Revol (Parti de gauche), opposant de longue date à Georges Frêche. Cette annonce, officielle depuis un point de presse organisé ce jeudi après-midi à Montpellier, est une bonne nouvelle. A dire vrai c'est un peu ce que j'attendais pour ouvrir l'année 2010 de ce blog. N'ayant pas moi-même assisté à cette conférence de presse, je vous livre tel quel le compte-rendu qu'en donne l'AFP. Mais, c'est promis, je tâcherai de mon mieux de vous informer des suites de ce rassemblement au cours de la campagne des régionales

Lors du point de presse organisé ce jeudi, donc , les représentants du
Parti de gauche, du PCF et du NPA notamment, ont souligné qu'ils étaient tombés d'accord sur le programme et la stratégie, y compris concernant le second tour pour lequel les signataires excluent toute fusion avec des listes de Georges Frêche.

Le président sortant (divers gauche) du Conseil régional, candidat à sa
propre succession, «a rompu avec les valeurs de la gauche» , a déclaré René Revol.

Au second tour, «on est prêts à fusionner avec des listes de gauche, sans
Frêche»
, a-t-il dit. «Nous sommes prêts à fusionner avec Europe Ecologie -- (conduite par Jean-Louis Roumégas, ndlr) -- pour battre la droite» , a-t-il ajouté.

Pour le représentant du NPA, David Hermet, Georges Frêche n'est d'ailleurs «plus un homme de gauche» . «Dans cette région, ceux qui prennent le risque qu'il n'y ait pas de rassemblement, ce sont les socialistes qui ont choisi Georges Frêche» , a-t-il ajouté.

M. Frêche, exclu du PS en 2007, est tête de liste en Languedoc-Roussillon et bénéficie du soutien des cinq fédérations départementales du Parti socialiste. Les instances nationales du PS, muettes pendant plusieurs mois sur cette candidature, ont finalement décidé de ne pas lui proposer d'investiture officielle mais de ne pas non plus lui opposer de liste alternative.

L'accord Front de gauche/NPA prévoit que le PCF sera tête de liste dans le
Gard et l'Hérault. Le NPA conduira les listes dans les Pyrénées-Orientales et l'Aude. En Lozère, la décision n'avait pas encore été prise jeudi soir.
«Notre programme passe par des mesures de résistance et de rupture à
l'offensive sarkoziste»
, a commenté René Revol. «On va faire du Languedoc-Roussillon un pôle de résistance aux politiques
les plus violentes, les politiques ultra-libérales»
, a ajouté François Liberti
(PCF).

Une remarque et un complément d'information:
- Cet accord prouve que là où il y a une volonté, il y a un chemin. Certes les discussions ont été longues et difficiles. Ceux qui les ont suivi se souviennent que début décembre un accord était quasiment trouvé avant d'être au bord de la rupture mi-décembre. Et c'est finalement le 5 janvier, qu'une dernière réunion unitaire a permis enfin de conclure l'accord annoncé.
- Les formations parties prenantes de cet accord ne se limitent pas au PG, PCF et NPA. Cette liste, qui prendra un intitulé propre au Languedoc-Roussillon, rassemble aussi la Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE), les Alternatifs, les Objecteurs de croissance... Et elle est, paraît-il, ouverte à des socialistes qui envisagent à titre individuel de la rejoindre. Bref, c'est «la gauche du non» qui se trouve rassemblée. Bravo!


Tags

Haut de page

Voir aussi

Articles récents