Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 19 mars 2011

Ce N'Était (Dieu Merci) Qu'Un (Pénible) Rêve

Illustration - Ce N'Était (Dieu Merci) Qu'Un (Pénible) Rêve

I had a pénible dream , cette nuit: Pen avait gagné la présidentielle 2007, après un «21 avril à l'envers, mais à l'envers» 1.

C'était affreux.

Tout le monde - sauf Pen, bien sûr - s'appelait Mégret, ça durait cinq ans (tu sais comme le temps est long, dans les rêves pénibles), et tous les jours le régime et son éditocratie d'accompagnement produisaient de nouvelles saloperies, putain, ça n'en finissait pas.

C'était poisseux, quoi, genre, lundi, Brice Mégret, ministre des Remises à l'eau, déclare: «Tant qu'il y a qu'un bougnoule, tout va bien, mais sitôt qu'ils sont plus d'un, y a des problèmes, et donc, raus , tout le monde» .

Mardi, Chantal Mégret, du parti régimaire, déclare que: «Maintenant, remettons-les dans des bateaux, bordel, et perçons des trous dans les coques» .

(À quoi Brice Mégret répond: «C'est justement ce qu'on fait, si t'avais pas noté, alors maintenant tu fermes ta gueule, poulette» .)

Mercredi matin, l'éditorialiste polypostes Éric Mégret déclare, aux micros de la radio-télévision lepénoise (RTL) 2, qu'il «sait parfaitement» qu'il «prend d'énormes risques en disant ça» et en se montrant «si nettement à contre-courant de la bien-pensée dominante» , mais que tant pis, il le dit quand même: «Brice Mégret, léché soit son cul, a foutrement raison de mettre aux bateaux les bougnoules» .

Mercredi, 13 heures: Jean-François Mégret, porte-parole du parti régimaire, connu pour son «refus de toute espèce de langue de bois, fût-ce du noyer de souche» , annonce l'ouverture d'un «gros débat sur les bougnoules 3 » , dès ce soir, chez Yves Mégret, sur France 5.

( «Ça sera un débat sans tabous, comme on sait faire» , ajoute Yves Mégret: «Je recevrai, dans le cadre de la promotion de son nouvel essai, le fameux philosophe Alain Mégret, qui nous dira combien “c'est reposant” de pouvoir enfin remarquer sans “aller en prison” que “la France bougnoule-bougnoule-bougnoule a quand même bien fait marrer la Nouvelle-Zélande”, et, pour lui porter la contradiction, le fameux écrivain Renaud Mégret, qui nous dira quant à lui qu'“Alain a raison, comme d'hab”, et que c'est quand même une “libération” de pouvoir enfin débattre dans une émission purgée de ses “collaborateurs juifs”» .)

Mercredi, 14 heures: Le Monde publie, à la une, un édito déplorant que le régime fasse «tous les deux jours un débat sur les bougnoules, n'est-ce pas trop, et surtout, n'y a-t-il pas de plus importants sujets, maintenant qu'on les tous virés - serait-il pas temps par exemple qu'on réforme enfin la Sécurité sociale» ?

Mercredi, 14 heures, Le Monde publie, en pages 8 et 9, une «contre-enquête» - sur le thème: «Combien sont vraiment les bougnoules, et comment vivent ces gens-là?»

(Renforcée d'un sondage Patrick Mégret-Élysée pour Le Monde , d'où ressort que 120 % des Français de souche pensent que: «Les bougnoules sont quarante milliards, planqués notamment sous Roissy, comme dans un livre du vicomte Philippe de Mégret» .)

(Mercredi, 14 heures: Le Monde publie un «billet sponsorisé» de Pierre-Antoine Mégret, dont l'auteur annonce que «l'heure est venue de réformer la Sécu (comme ont si bien su faire les Chinois populaires), et de faire comprendre aux tristes salauds dont les revenus sont de moins que mon émolument que, sans mains, pas de chocolat» .)

Jeudi matin, le président récite, à Rennes, son fameux discours de Grenoble, d'où ressort principalement que «la route du Rom sera désormais semée d'embûches, enculé de voleur de poules et de Mercedes, raus , tout le monde» .

Jeudi matin, L'Express consacre sa couverture au «tabou rom: comment qu'il nous a gonflés, comment qu'on va le briser» .

Jeudi matin: Franz-Olivier Mégret (dit FOM) rappelle, dans Le Point , qu'il est quant à lui prêt à donner sa «vie» pour qu' «Éric Mégret dispose d'une émission quotidienne sur RTL» .

(À quoi Philippe Mégret, chansonnier voltairien devenu directeur de l'ensemble des radios et télévisions lepénoises, répond que: «C'est déjà le cas, non?»

À quoi FOM répond que: «Si, mais justement» .)

Vendredi matin, Josaine Mégret, candidate régimaire aux élections cantonales (et d'ailleurs candidate unique, après l'interdiction du Parti de gauche et de «toutes les autres formations néo-nazies» ), met sur sa page Facebook l'attendue «blague de bougnoules de Josaine» 4, qui chaque jour lui vaut des milliers de nouveaux «amis» .

Vendredi matin, Ivan Mégret hurle dans Le Figaro qu' «IL SERAIT TEMPS QU'ON BOUTE ENFIN LES BOUGNOULES, BORDEL, J'EN AI ENCORE COMPTÉ CINQ HIER MATIN DANS MON QUARTIER, FRANCE, RÉVEILLE-TOI!»

(Les infirmiers lui font sa piqûre, et suggèrent qu' «on augmente la dose, non mais regarde ça, le pauvre gars, il a de la bave plein le menton» .)

Vendredi soir, Claude Mégret, ministre du Contrôle de l'étanchéité frontiérale, clôt sa tournée d'inspection du Mur de l'Antlantique par cette déclaration: «Avec tous ces bougnoules incontrôlés, mâme Dupont eut le sentiment de n'être plus chez elle, mais c'est bien fini, ces conneries, raus , tout le monde» .

Samedi matin, le même Claude Mégret signe à Tripoli un accord bilatéral prévoyant que: «L'employeur d'Ivan Mégret continuera de vendre plein d'avions de guerre à Mouammar Kadhafi, qui de son côté gardera ses bougnoules» .

Samedi soir, sur France 2, l'animateur Laurent Mégret reçoit dans son fameux talk show «On n'est pas des bougnoules» le non moins fameux philosophe Alain Mégret, venu présenter son essai à succès Quand la France était noire .

Son chroniqueur Éric Mégret «confesse» qu'il a «totalement adoré ce livre, surtout les pages où Alain dit remettons-les dans des bateaux» .

Laurent Mégret, hilare, lui lance: «Éric, vous êtes décidément d'une drôlerie sans fin» .

Là, mon réveil a sonné, tibidibidibidibidibidibidibidi, et, crois-m'en: ça fait carrément du bien de se lever dans un monde où ces choses-là n'arriveront jamais.


  1. Libération , 17 mai 2007. 

  2. Où son émission quotidienne «Les Français parlent aux Français, toudoudoudou» fédère soixante millions de fans. 

  3. «Le même que lundi, mais en moins complexé» , précise-t-il. 

  4. Soit, ce vendredi, la cocasse devinette: «Combien faut-il de bougnoules pour changer une ampoule?» 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents