Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 24 mars 2012

Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

Pour ce qui me concerne, et puisque tu ne me poses pas (du tout) la question: je dirais que j'ai pas de goût particulier pour ce que nos ami(e)s de l'éditocratie appellent, je crois, «la judiciarisation du débat public» - où, si j'ai bien compris, le principe est que Riri porte plainte contre Fifi qui a dit un truc qui lui avait pas trop plu (QADUTQLAPTP), dans le même temps que Fifi, de son côté, fait de même contre Loulou QADUTQLAPTP, cependant que Loulou este against Riri, QADUTQLAPTP...

...Et ainsi de suite, avec des fois des variations inopinées dans l'ordre du portage des plaintes, histoire de rompre l'éventuelle monotonie du truc.

Mon point de vue, là dessus (tu vas voir comment que c'est profond, et comment que j'y ai durablement réfléchi), est qu'à partir du moment où, d'une manière ou d'une autre, tu donnes publiquement tes avis sur la vie - et à plus forte raison si tu les formules en des termes où la gracilité n'entre des fois qu'en faible part?

Faut quand même t'attendre à ce que des contradicteurs se manifestent - qui pourront même pousser leur (à peine croyable) effronterie jusqu'à ne pas te témoigner plus d'aménité qu'ils ne le décideront.

Car en effet, aussi longtemps que tu continueras de lancer des cailloux sur des passant(e)s, il s'en trouvera qui, plutôt que de se confondre en remerciements1, te les renverront - et si vraiment ça t'insupporte?

Mieux vaut que tu te replies dans l'arrière-pays cévenol, là où les portables ne passent pas: l'endroit présente l'avantage que personne viendra t'y mordiller le brodequin, au bout du bout de ton interminable sentier à moutons où nul être humain ne s'est plus aventuré depuis la fin des dragonnades2.

D'autre part: je ne passe pas non plus mon temps à brûler des bâtons d'encens devant des autels dédiés au culte de la liberté d'expression en psalmodiant le nom de Philippe Val - parce que moi, comme je dis toujours, si c'est pour que les dégénérés du Klan viennent tous les samedis faire leurs petits défilés de merde à Trouducville, Alabama?

J'en ai franchement rien à foutre, de la liberté d'expression, et, non, je ne me battrai pas (du tout) jusqu'à la mort, nonobstant que nos vues divergent, pour que Teddy le pauvre taré puisse brûler des croix devant le siège de la NAACP - je suis quand même pas con à ce point, merci de le noter.

Même: j'ai tendance à me crisper un peu vite, quand des anticonformistes à deux balles ouvrent grand le parapluie du librexpressionisme pour balancer tout azimut de «bonnes» vieilles saloperies repeintes aux couleurs de la badinerie voltairienne - alors quoi, brother , on peut même plus rigoler?

Par exemple: quand le caricaturiste batave Gregorius Nekschot dessine, disons, «un imam habillé en père Noël en train d’enculer une chèvre avec pour sous-titre qu’il faut savoir partager les traditions» ?

Ou quand il applique plutôt sa verve crobardeuse à la représentation d'un musulman, calé sur un pouf, qui déplore que « le Coran » ne dise pas « s’il faut faire quelque chose pour avoir trente ans de chômage et d’allocs » ?

Illustration - Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

Ça me fait juste gerber - si bien que non, Raymond, je vais pas du tout jurer que le mec est un irréprochable humaniste, vu que moi, comme je te disais: j'ai toujours pas compris ce qui différencierait sa production de celle qui se publie quotidiennement chez Fafland.

En résumé, je veux bien considérer, dans les moments où je cède à l'amabilité, qu'il faut, comme dit toujours mon vieux pote Lucien, «de tout pour faire un monde» - mais je vais pas non plus annuler mon rendez-vous chez le dentiste pour me précipiter au secours du gars qui dessine des muslims en train d'enculer des chèvres, si d'aventure il s'heurte contre des lois réprimant ces représentations: faut quand même pas exagérer.

Ceci posé: j'en viens à l'objet de ce billet, qui est de te signaler que Caroline Fourest n'est pas (du tout) contente d'avoir reçu lundi un Y a Bon Award (YABA), et qu'elle est même si pas (du tout) contente, qu'elle a fait sur son blog un long billet3 pour annoncer qu'elle «va porter plainte» (pour «diffamation et injure voire pour incitation à la haine» ) contre les gros salauds - dont moi - du jury des YABA[[Composé de:
Florence AUBENAS (journaliste), Jean BAUBEROT (sociologue), Abdelkrim BRANINE (journaliste), Sébastien FONTENELLE (journaliste), Faiza GUENE (romancière/réalisatrice), Nacira GUENIF (sociologue), Olivier LE COUR GRANDMAISON (historien), Jalil LESPERT (comédien/réalisateur), Alain MABANCKOU (romancier), Assa MAÏGA (comédienne), Frédéric MARTEL (journaliste/écrivain), MOKOBÉ (rappeur), Maboula SOUMAHORO (civilisationniste), YOUSSOUPHA (rappeur).]], qui font rien qu'à faire ce qu'elle appelle des «amalgames dégueulasses» et «dangereux» .

En vrai: ça m'a un peu étonné, d'apprendre que Caroline Fourest allait porter plainte, parce que dans mon esprit, et dans mes souvenirs (du temps, notamment, qu'elle flanquait souvent Philippe Val, dans ce qu'il fut convenu d'appeler «l'affaire des caricatures de Mahomet»)?

Caroline Fourest était quelqu'une de très investie dans la défense de la liberté d'expression, et d'avec, là-dessus, des vues plus larges que les miennes, puisqu'elle a par exemple tenu à marquer, quand la justice néerlandaise a considéré que huit caricatures de Gregorius Nekschot étaient discriminatoires et devaient être ôtées de son blog, que le gars, nonobstant que certains de ses dessins ne la faisaient pas du tout marrer, était certes vif, dans l'expression de son absolue défiance à l'égard des religions, mais libertaire comme tout - alors que moi, non: moi, je pense qu'il est juste raciste, et que c'est quand même un peu difficile de trouver de la circonstance atténuante au crobard où il campe «un gros Néerlandais, chaîne au pied, qui porte sur son dos un Noir aussi corpulent que lui, bras croisé et tétine à la bouche, sous cette légende : "Et maintenant, aussi un monument à l’esclavage pour le contribuable autochtone blanc"» .

Illustration - Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

Pour être tout à fait franc, je me suis dit que je m'étais trompé, dans ma mesure de l'attachement de Caroline Fourest à la liberté d'expression - et qu'il était probablement d'une géométrie plus variable que je ne le supposais.

(La liberté d'expression, je me suis dit, donne des fois l'impression d'être comme la raclette: hyper-conviviale quand tu la partages avec de trié(e)s potes de Charlie Hebdo , mais si la terre entière s'invite au festin, c'est tout de suite moins excitant - non mais vous faites chier, à la fin, vous pouvez pas vous installer ailleurs qu'à notre table?)

Puis, j'ai lu le billet de blog où Caroline Fourest annonce qu'elle va porter plainte...

...Et j'y ai relevé plusieurs trucs étonnants, comme par exemple le passage où elle (se) demande très sérieusement si les gens des YABA vont pas aussi «payer le ticket de bus à ceux qui rêvent de» l’ «emmener en forêt pour» la «bâillonner» ou la «lapider» ?

Illustration - Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

(La réponse, pour ce qui me concerne, est que telle n'est pas du tout mon intention4: mais je suppose qu'il faudrait aussi demander le point de vue de Florence Aubenas, qui était également dans le jury des YABA, et qui doit avoir, sur de tels sujets, des avis mieux fondés que d'autres.)

Mais le plus surprenant est d'après moi dans quelques lignes en particulier de l'exposé de Caroline Fourest - et dans le choix qu'elle a (notamment) fait, pour illustrer son billet, d'y juxtaposer une photo de l' «attentat contre Charlie Hebdo » et une photo de l' «attentat contre une école juive de Toulouse» , dont je n'ai toujours pas compris (mais sans doute sera-ce un jour explicité) ce qu'elle venait faire là.

Illustration - Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

Plus précisément, le passage qui m'a véritablement surpris est celui où Caroline Fourest évoque ce qu'elle présente comme un «manifeste “contre le soutien à Charlie Hebdo ”, lancé par des figures des Indigènes de la République juste après l’attentat» commis contre cette publication, et qui selon elle « prétend défendre la liberté d’expression mais nous explique, qu’au fond, le journal l’a bien cherché» - de sorte qu'il «revient à justifier le terrorisme contre la presse, dans un contexte où des dessinateurs et des journalistes prennent tous les jours des risques pour continuer à parler librement de l’intégrisme» .

Illustration - Caroline F. S'En Va-T-En Plainte

Car en effet: j'étais - rappelle-toi - au nombre des signataires de ce texte, et, dans mon souvenir, il ne disait aucunement qu'au fond «le journal» l'avait «bien cherché» - et ne justifiait nullement «le terrorisme contre la presse» .

D'où ma surprise.

Adoncques: j'ai relu de près ce texte, en y cherchant, avec beaucoup d'attention5, les mots disant qu' «au fond» , Charlie Hebdo l'avait «bien cherché» , et ceux justifiant «le terrorisme contre la presse» .

Et je ne les y ai pas trouvés - pour la simple et bonne raison qu'ils n'y sont pas.

Ce que je crois, par contre, après cette attentive relecture: c'est que Caroline Fourest fait dire à ce texte ce que ce texte ne dit pas, à l'effet de suggérer un peu nettement, sur la foi de cette vraie-fausse démonstration, que ses «signataires» justifient «le terrorisme contre la presse» - et peut-être aussi le terrorisme tout court, puisque dans, le même billet, elle accole, sous une photo de l' «attentat contre Charlie Hebdo » , une photo de l'immonde «attentat contre une école juive à Toulouse» 6.

Et je ne sais pas si c'est de la diffamation.

Et je ne sais pas si c'est de l'injure.

Et je ne sais pas si c'est de l'incitation à la haine.

Mais ça me fait irrésistiblement penser au vieux dicton berrichon qui dit comme ça que puisqu'on se parle d'amalgames7: dès que t'auras fini de chercher la paille dans l'oeil d'autrui, l'ami(e)?

Tu pourras demander à ton opthalmo d'enlever du tien cette grosse poutre - qui doit quand même vachement te gêner, pour lire les manifestes.


  1. Comme tu souhaiterais qu'ils fassent, ou si je leur balance des cailloux, à ces malpoli(e)s? 

  2. Et d'ailleurs, puisqu'on s'en parle, et si je peux me permettre: faudrait peut-être que t'essartes un peu. 

  3. Repris ensuite chez l'Huffington 

  4. Et qu'il n'est pas complètement impossible que j'aie cru deviner dans cette ahurissante supposition le début d'un amalgame. 

  5. J'y insiste un peu, parce que c'est quand même pas rien, tu conviendras, d'apprendre si soudainement qu'on justifierait le terrorisme. 

  6. Et du coup, me revient qu'elle a déjà narré, dans le passé, que mon pote Pierre Tevanian était, je cite, «un exemple typique de ces militants de gauche qui par antiracisme mal compris succombent aux sirènes de l'islamisme» - et que ça m'avait déjà beaucoup étonné, parce qu'outre qu'on chercherait en vain, dans ses nombreux écrits, la moindre connivence ou complaisance avec une quelconque doctrine fondamentaliste: je passe pas mal de temps avec le camarade Tevanian, et jamais il ne m'a donné l'impression d'avoir fait comme dit Caroline Fourest. Je le trouve, pour tout dire, plutôt pas du tout succombé à l'islamisme - mais bon, c'est vrai aussi que le mec fait peut-être semblant d'être de bonne compagnie quand on prend des pots, et juste après il rentre chez lui psalmodier de guerriers versets: c'est une possibilité qui peut être envisagée. 

  7. Éventuellement «dégueulasses» et «dangereux»


Haut de page

Voir aussi

Articles récents