Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 30 mai 2012

Une (Sévère) Leçon De Maintien (Antifasciste) De Christophe Barbier (À Jean-Luc Mélenchon)

Illustration - Une (Sévère) Leçon De Maintien (Antifasciste) De Christophe Barbier (À Jean-Luc Mélenchon)

Dans un ajout à son éditorial de la semaine, le patron de L'Express - l'inénarrable Christophe Barbier - rapporte, petit un, que: «Samedi 26 mai, Jean-Luc Mélenchon, en campagne à Méricourt (Pas-de-Calais), s’en est pris à Tugdual Denis, journaliste à L’Express , le chassant en ces termes: “Qu’est-ce que vous faites encore là, sale petit espion? Ça fait trois jours que vous m’espionnez, rentrez à Paris écrire vos saloperies dans votre journal fasciste. Fichez-moi le camp, dégagez!“»

Puis, petit deux, que: « L’avant-veille, dans un café de Libercourt, le candidat du Front de gauche avait déjà invectivé Tugdual Denis, l’accusant d’être “lié personnellement à l’extrême droite“.»

Christophe Barbier trouve ça odieux, et il annonce que: « L'Express proteste contre cette attitude inacceptable, attentatoire à la liberté de la presse» 1.

Après quoi, pour finir: il prévient que «les injures et les intimidations de Jean-Luc Mélenchon, prompt à dénoncer des dérives fascisantes dont il est devenu lui-même coutumier, ne nous empêcheront pas de dire la vérité telle que nous la voyons» .

Concomitamment, les syndicats CFDT et CGT de L'Express -Roularta2 font savoir qu'ils sont, comme leur boss , profondément «révoltés par les propos que Jean-Luc Mélenchon a tenus le 26 mai à l’encontre de Tugdual Denis» , car, primo, «qualifier L’Express de “journal fasciste“, c’est insulter gravement tous ses journalistes» , et en plus: «accuser» leur «collègue d’être lié à l’extrême droite est indigne» .

Lisant tout cela?

Nous avons le sain réflexe de nous rappeler que le même Christophe Barbier qui nous met là sous le nez sa vertu outragée a naguère fait publier dans son hebdomadaire le dessin ci-dessous, qui était l'oeuvre du fameux caricaturiste progressiste Jean Plantureux3 - et qui, pour autant qu'on le sache, ne suscita nulle émotion, dans les rangs des syndicats CGT et CFDT de L'Express -Roularta.

Illustration - Une (Sévère) Leçon De Maintien (Antifasciste) De Christophe Barbier (À Jean-Luc Mélenchon)

Cette amusante illustration, on le constate, accusait Jean-Luc Mélenchon d'être lié personnellement à l'extrême droite - par de serrées proximités tribunicienne et vestimentaire, puisqu'il y portait le même brassard (à un sigle près) et y lisait le même discours (exactement) que la Pen: elle signait donc, si nous suivons le raisonnement que Christophe Barbier applique à Jean-Luc Mélenchon, un égarement mussolinisant du fameux caricaturiste progressiste Jean Plantu - et du patron de L'Express lui-même, qui avait permis sa publication.

Et c'est inquiétant, mais no pasaran: les injures et les intimidations de Christophe Barbier et Jean Plantureux, prompts à dénoncer des dérives fascisantes dont ils sont eux-mêmes devenus coutumiers, ne nous empêcheront pas de dire la vérité telle que nous la voyons.


  1. C'est beau, reconnais? Moi aussi, maintenant, si tu me fais trop ch... Si tu m'importunes: je vais protester contre cette attitude inacceptable. 

  2. Tu as envie de rire, et moi aussi - mais restons dignes, s'il te plaît. 

  3. Connu aussi pour la vive drôlerie de ses représentations des grévistes en preneurs d'otages. 


Haut de page

Voir aussi

Articles récents