Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 5€/mois. :

Politis Web illimité

5 par mois Offre de lancement
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

9 par mois Offre de lancement
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier : 46 N° + 2 hs en prélèvement automatique à durée libre
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 8 juillet 2012

Une devinette …

comme vous les aimez !

[Extrait d’une de mes récentes lectures. Titre et auteur ? Vous avez jusqu’à lundi soir.]

« Lorsque je proposai cet exercice pour la première fois, l’énoncé de la rège du jeu provoqua un réel abattement.

« En effet, que l’on se projette en 2012, en 2100 ou en 3050 , chacun sentait bien que cette hypothèse n’était, hélas, pas invraisemblable.

« Toutefois, très vite, on entendit fuser des rires, indiquant que l’on entrait dans un moment de créativité ludique. Et pour cause : il s’agissait de transmettre le meilleur de l’humanité — le rire, la tendresse, l’amour, la qualité de conscience, etc. Nul ne songeait évidemment à léguer le fric, la lutte pour le pouvoir, la guerre, la destruction de la nature …

« Cette mosaïque du meilleur devait grandement faciliter les choses pour le deuxième tour d’échange, dont l’objet était : comment allons-nous choisir de vivre les x années qui nous restent (à l’époque, c’était cinq ans) ? Ce deuxième tour se révéla particulièrement jubilatoire, puisqu’il s’agissait d’imaginer un vivre-ensemble fondé sur ce meilleur de l’humanité qui venait d’être repéré lors du premier tour.

« Vint alors le plus ardu de l’exercice : le troisième tour d’échanges. A l’origine, je l’avais conçu pour introduire un peu de légèreté et d’optimisme, bienvenus après l’hypothèse apocalyptique de départ. Il s’agissait, à partir d’une supposée dépêche d’agence faisant état d’un nouveau rapport officiel moins alarmiste que les précédents, de réfléchir sur le thème : la fin du monde étant repoussée à une date ultérieure, que faisons-nous de ce supplément ?

« Or, loin d’être vécue comme positive, cette nouvelle donnée fut source de grandes difficultés. Avec l’indistinction de la date de fin revenait le bon vieux business as usual : la force des habitudes et des intérêts reprenait le dessus … »

Lundi matin : un indice : cet essai philosophico-politique, publié il y a quelques semaines, est lesté d'une préface d'Edgar Morin.

Lundi 19 : peu de réponses. Une bonne que je garde sous le coude. On prolonge jusqu'à demain matin … 2è indice : l'auteur est un ancien conseiller à la Cour des comptes et, plus anciennement, membre de la direction du PSU …

————

La réponse :

C'était donc bien Patrick Viveret , longtemps membre (stimulant) des équipes rocardiennes, défricheur d'utopies, chercheur d'improbable … Illustration - Une devinette … Son dernier livre, La Cause humaine, du bon usage de la fin du monde , tente une fois de plus, dans les traces de gens comme Gorz ou Robin et quelques autres (dont Morin, qui signe la préface) de conjurer le pire, qu'on sent venir …

(190 p., Les Liens qui Libèrent, 16 euros.)


{{La ou les bonne(s) réponse(s), signé(e)s, sera-ront publiée(s) lundi soir, pour laisser un peu de temps de recherche aux amateurs … Les mauvaises, au fur et à mesure.}}

Haut de page

Articles récents