Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 4 août 2014
La guerre qui vient : l'écrasante responsabilité du camp occidental

La guerre qui vient : l'écrasante responsabilité du camp occidental

Quand elles ne s'effondrent pas sur elles-mêmes, l'acte ultime du suicide des civilisations a toujours été la fuite meurtrière vers la guerre. La honte et la désolation en guise d'épitaphe. Ainsi en va-t-il aujourd'hui des "démocraties" occidentales, corrompues, gangrenées, devenues des monstruosités criminelles.

Bombardements sur Donetsk (Ukraine)

Paul Craig Roberts sait de quoi il parle. Économiste, journaliste conservateur américain (Wall Street Journal), sous-secrétaire au Trésor de Ronald Reagan (1981-1982), père fondateur des Reaganomics, il a suffisamment bourlingué dans les milieux de la finance et de la politique pour en bien connaître les rouages interlopes.

Pour lui, l'affaire est entendue. Asphyxiés par la décomposition de leur système financier de domination mondiale, les États-Unis et leurs alliés sont en train de précipiter la planète vers la guerre, via leur bras armé de l'Otan, au risque d'une apocalypse nucléaire1.

Car dorénavant l'adversaire d'en face évolue dans une division bien supérieure à celle des fous de dieux d'Al-Quaida, du Hezbollah ou du Hamas : rien moins que la Russie historique qui, loin d'être isolée, peut compter sur de solides alliés : la Chine, l'Inde, les pays réfractaires d'Amérique du Sud... et tous les laissés pour compte de la mondialisation financière sauvage.

Un empire occidental devenu fou

« Les élites occidentales et les gouvernements ne sont pas seulement totalement corrompus, ils sont aussi devenus fous » (Paul Craig Roberts).

Les fiascos en Afghanistan et en Irak, les échecs en Libye et en Syrie, n'auront donc pas servi aux donneurs de leçons américains . Voilà leurs faucons de guerre initiant et soutenant financièrement, matériellement des régimes bombardant leur propre population (Ukraine) ou des populations civiles (Gaza). Les voici portés par la propagande grossière de leur "presstitute" (jeu de mots entre presse et prostituée inventé par Paul Craig Roberts). Mais critiqués et condamnés jusque dans leurs propres cercles (le memorandum d'anciennes sommités de la CIA, du FBI et du Département d'État2).

Pâles comparses d'un oncle Sam qui les méprise (rappelez-vous le « fuck EU ! » de la secrétaire d'État adjointe Nuland), partagés face à la Russie entre défense de leurs intérêts et sanctions, intégrant précipitamment en leur sein un pouvoir issu d'un putsch et en pleine guerre civile (Ukraine), morveux sur la tragédie de Gaza, les pays membres de l'Union européenne ont tout pour être les dindons de la prochaine sinistre farce (et leurs populations avec).

Bombardements sur Gaza Tête de pont de l'empire occidental au Moyen-Orient, créé à cet effet en 1948, l'État d'Israël , dont l'existence dépend exclusivement du soutien de son mentor américain, n'en finit pas de perdre aux yeux de l'opinion publique mondiale les guerres qu'il gagne sur le terrain. Son agressivité absurde, comme à Gaza aujourd'hui, démontre si besoin est qu'en périodes de tensions exacerbées, le fossé est bien ténu entre raison (d'État) et folie meurtrière irrationnelle, entre calcul et pathologie.

Quoique encore un peu en retrait, quelques autres spécimens de pays repus -- le Japon, le Canada, l'Australie... -- participent vaille que vaille à cette désolante curée belliqueuse.

Une résistance soudée par l'adversité

En face, eh bien en face -- comment pourrait-il en être autrement ? -- la résistance s'organise. Des pays en apparence très divers, aux intérêts parfois antagonistes, se ressoudent face à l'adversité.

La Russie est parvenue à sortir du naufrage soviétique et reprend des forces manifestes au niveau économique avec une arme redoutable à sa disposition : ses ressources énergétiques. Poutine n'est certes pas un ange de la démocratie, ni un chevalier blanc des droits de l'homme. Mais il démontre à l'occasion des qualités hors pairs de joueur d'échec, aussi rompu à l'attaque qu'à la défense. En matière de géopolitique, on lui compte plus de victoires que de défaites (Syrie, Crimée, alliance financière des BRICS...).

La Chine , en passe de devenir la première économie mondiale, montre elle aussi un stoïcisme et une froideur à toute épreuve devant l'adversité. Ses dépenses militaires vont encore augmenter de 12,2 % en 2014 (11,2 % en 2012, 10,7 % en 2013). Son soutien à la Russie ne s'est pas démenti une seule fois depuis le début de la crise aiguë déclenchée par l'Otan en Ukraine.

Les États réfractaires d'Amérique latine s'émancipent peu à peu -- démocratiquement -- de l'influence de Washington. Ils participent activement à la création de la banque de développement des BRICS. Le Chili, le Salvador, le Pérou, le Brésil, l'Équateur, l'Argentine, l'Uruguay, le Paraguay viennent de rappeler leurs ambassadeurs en Israël, après le Venezuela et la Bolivie en 2009, Cuba depuis 1973. Evo Morales, président bolivien, a déclaré Israël « État terroriste » et impose des visas à ses ressortissants.

En décembre dernier, 95 pays membres de l'Onu votèrent la résolution A/RES/68/80 ouvrant une enquête « sur les pratiques israéliennes affectant les droits de l'homme du peuple palestinien et des autres Arabes des territoires occupés ». Parmi eux, l'Inde, le Pakistan, l'Iran, l'Afrique du Sud... Le camp occidental vota contre ou s'abstint en regardant ailleurs. L'Occident gagnerait à mesurer le degré de répulsion qu'il suscite.

« Notre problème, c'est l'obéissance »

Assommé, humilié, éreinté par une propagande hystérique, le citoyen occidental à l'esprit encore un peu sain, et qui n'a pas cédé à la fanatisation ambiante, doit se sentir bien désarmé devant la broyeuse infernale en train de se mettre en branle.

S'abandonner au désespoir de l'apocalypse menaçante, comme la prédit Paul Craig Roberts au fil de ses chroniques, n'est pourtant pas envisageable. L'apocalypse ne s'envisage pas. Au mieux, elle s'évite. Au pire, elle se subit (demandez donc aux Gazaouis).

En attendant, il faut vivre, avec cette plaie à l'âme de savoir que même à son corps défendant, on appartient au camp des agresseurs devenus fous. La honte, l’écœurement, l'impuissance vous submergent.

Ne reste plus qu'à se tenir à distance de cet ignoble fracas, tout en se rappelant, comme le soulignait le grand historien engagé américain Howard Zinn3, que le grand problème des êtres humains civilisés n'a jamais été la désobéissance, mais l'obéissance .


L'acteur Matt Damon lit un extrait d'un discours de Howard Zinn (vo stf)


  1. "La guerre approche", cinq chroniques de Paul Craig Roberts publiées sur le site les-crises.fr. 

  2. Texte du memorandum publié le 29 juillet 2014 par d'anciens responsables de la CIA, du FBI et du Département d'État (en anglais). 

  3. Howard Zinn (1922-2010), historien et politologue américain, auteur d'"Une Histoire populaire des États-Unis, de 1492 à nos jours", "Désobéissance civile et démocratie", "L’Impossible neutralité, autobiographie d’un historien et militant". La traduction de ses œuvres est disponible aux éditions Agone ou chez Lux éditeur. 


Photo Donetsk : AFP-Bulent Kilic

Photo Gaza : AFP-Ashraf Amra

Haut de page

Voir aussi

Articles récents