Politis

Abonnez-vous à Politis

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Politis Web illimité

8 par mois Offre liberté
  • Accès Web illimité fixe et mobile
  • Politis en PressView (liseuse)
  • L’application mobile sur AppStore et GooglePlay
  • Accès aux archives (32 000 articles)
Choisir cette offre

Tout Politis

Votre hebdo, partout, tout le temps.

11 par mois Offre tout politis
Abonnement Tout Politis
  • Abonnement papier en toute liberté, chaque semaine votre hebdo et deux fois par an, un hors série. En prélèvement automatique à durée libre.
  • Politis web illimité (accès web + archives + liseuse + applis mobiles) offert !
  • Un DVD sélectionné par la rédaction offert !
Je m'abonne

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, anciens numéros, réabonnement…

blog /

Publié le 16 janvier 2016
Galère de père...

Galère de père...

Stéphane, après une séparation difficile, a vécu la galère. Aujourd'hui, il a trouvé un petit logement, et se débrouille pour multiplier les contrats. Il est le papa de deux petites filles, dont il n'a pas la garde. Malgré l'amour qu'il leur porte, la juge a estimé que sa précarité ne le rendait pas «fiable» pour avoir ses enfants, qu'il récupère un week-end sur deux...

Toute histoire de garde d'enfant passant devant un juge féminin est dénigré. Ces juges-là pensent qu'un père n'est pas capable de s'occuper de ses enfants, mais c'est faux. Moi, mes enfants sont la prunelle de mes yeux. Ne pas les voir pendant deux semaines, ça me ronge. Je ne peux pas vivre sans elles. J'ai été là pour les grossesses, à chacune des échographies, les accouchements, les quelques jours en néo-nat, les balades dans les couloirs de la maternité avec ma file pour l’endormir. Le pied...

La naissance d'un enfant est magique. Maintenant, mes filles ont grandi, je penses à elles tout le temps. Il est difficile pour moi de vivre sans elles. Si elles n'étaient pas là, je ne sais pas où j'en serais... Chaque père ou mère doit se battre pour toujours être juste. Nos enfants sont l'avenir. Alors, depuis ma séparation, mes années de galère, je suis capable de me passer de certaines choses afin que mes filles ne manquent de rien. Et ça me rend heureux, et mes filles aussi, je crois. Elles ne se rendent même pas compte que je n'ai pas un rond.... À chaque fin de week-end ou semaine, elles ne veulent pas repartir.

Illustration - Galère de père...

De quel droit une juge peut se permettre de condamner un père à ne voir ses enfants qu'un week-end sur deux, juste sur les dires d'une mère appuyée par son avocate? Moi, je me suis présenté seul, je n'avais rien à me reprocher, si ce n'est que je suis pauvre. Je bosse pourtant, dès qu'on me propose un contrat. J'ai trouvé un logement pour les accueillir, après des mois de galère. Et j'ai de l'amour par milliards, alors oui certains mois, je suis au RSA. Pour cela, je ne peux avoir la garde de mes filles? Mais ce que j'ai à leur offrir c'est bien plus que de l'argent... Elles n'ont pas les plus beaux habits du monde, mais ce qui est sûr, c'est qu'elles ont le papa le plus aimant de la terre...
Je me battrai jusqu'au bout pour mes enfants...


Notre film Plume de Bitume qui retrace l'aventure de notre atelier d'écriture est en vente à 10 euros. il suffit pour cela de nous envoyer un mail [via cette page->http://www.politis.fr/Eloise-Lebourg,1552.html] avec votre adresse et nous vous enverrons les démarches à suivre!

Haut de page

Voir aussi

Articles récents