Plaidoyer contre le fichage

Cité comme témoin au procès des faucheurs de maïs OGM de Cahors, le 13 décembre, Claude-Marie Vadrot revient pour Politis.fr sur l’audience au cours de laquelle il a dénoncé une société de la surveillance et du fichage.

Claude-Marie Vadrot  et  Politis.fr  • 14 décembre 2007 abonné·es

Jeudi à Cahors, défendu avec talent et conviction par Maître François Roux qui n’a pas hésité à rappeler les heures sombres de la Résistance, soutenus par José Bové et 200 joyeux manifestants, huits habitants du Lot, agriculteurs et artisans, ont comparu devant le tribunal de grande instance de la ville, pour avoir refusé de se soumettre à un prélèvement de leurs empreintes génétiques après avoir été interrogés comme « faucheurs de maïs OGM ». Cité comme témoin pour leur défense, j’ai expliqué pourquoi, à mon sens, ils avaient opposés un refus ferme et définitif. D’abord parce qu’ils refusent

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Temps de lecture : 7 minutes