La CFDT côté cour

Voilà qui ne grandit pas l’image de la CFDT. Elle avait porté plainte en 2005 contre deux militants associatifs pour « violation de domicile », à la suite d’une brève occupation de son siège parisien. La semaine dernière, Michel Roger et Ludovic Prieur ont été condamnés à 2 000 euros d’amende avec sursis et un euro de dommages et intérêts chacun. De quoi dissuader quiconque se piquerait de pénétrer au « domicile » d'une multinationale ou d'une collectivité publique. Michel Roger et Ludovic Prieur ont fait…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents