Les gauches, les immigrés et les sans-papiers

L’opposition ne doit pas se contenter de s’indigner ou d’agir de façon ponctuelle
vis-à-vis de la politique d’immigration du gouvernement. Elle doit mettre cette lutte au premier plan.

Mai 2007. Pour la première fois dans l’histoire de la République et de l’Union européenne, un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement est créé dans la douce France que préside désormais le démagogue autoritaire Nicolas Sarkozy. À cette nouvelle administration, au nom et aux tâches abracadabrantesques, s’ajoute, c’est également sans précédent, un véritable plan quinquennal d’expulsions, lequel fixe, année après année et selon une courbe croissante, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents