Papiers, la quête infernale

Associations et élus de Seine-Saint-Denis se mobilisent pour réclamer au nouveau préfet une amélioration des conditions d’accueil des étrangers. Reportage à Bobigny.

Bobigny, préfecture de la Seine-Saint-Denis, 7 heures. Ils sont déjà des centaines à attendre dans plusieurs files, dans la fraîcheur matinale de septembre. Eux, ce sont des immigrés, en attente d’un premier titre de séjour ou d’un renouvellement. Les premiers, pour être sûrs de pouvoir entrer, sont arrivés la veille dès 22 h 30 et ont tenté de dormir à même le sol. Car il n’y a pas tous les jours des tickets pour tous, assurant d’être entendu à un guichet. Il y a là des mamans avec leur bébé, des…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents