Procès politiques en série

Après la relaxe du syndicaliste de Continental, Xavier Mathieu, dont le parquet a fait appel, c'est au tour de l'ex-inspecteur du travail Gérard Filoche de passer devant la justice pour des motifs fallacieux. La traque des militants continue.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Xavier Mathieu, militant CGT de Continental, a été relaxé suite à son procès pour refus de prélèvement ADN. Le tribunal de Compiègne a estimé mardi 28 que l'action qu'il avait mené à la sous-préfecture de Compiègne en avril 2009 était d'ordre syndical et ne pouvait être jugée comme un acte de délinquance de droit public. Mais le parquet a aussitôt fait appel, vendredi 1er juillet, pour tenter de faire annuler une décision qui pourrait faire jurisprudence.

Illustration - Procès politiques en série
Xavier Mathieu, le 3 mai 2011 devant le tribunal de Compiègne

Car Xavier Mathieu n'est pas le seul militant poursuivi pour refus de prélèvement génétique : Yves Meunier et Marc Bienne, faucheurs volontaires relaxés en mai, comme Philippe Galano, ancien délégué syndical CGT des Autoroutes du Sud de la France condamné en avril, étaient poursuivis pour avoir refusé d'intégrer le fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) suite a des actions de protestation. Depuis le vote de la loi «Loppsi 1» en 2003, des prélèvements génétiques sont autorisés dans la plupart des cas d'infractions. Ce fichage visait d'abord les délinquants sexuels, mais les poursuites se multiplient désormais contre des militants.

D'autres motifs, tout aussi fallacieux, cachent la vocation politique de ces accusations. Le 20 juin, Olivier Besancenot et quinze postiers CGT et Sud ont ainsi été jugés pour « séquestration » et « entrave à la liberté de travail » suite à l'occupation, en mai 2010, de la direction départementale de La Poste.

C'est enfin au tour de Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail et conseiller national du PS 1 de comparaître mercredi 6 juillet à Paris pour « entrave à un CE ». Il est mis en examen depuis 2006 pour avoir exercé un « chantage » vis-à-vis d'un employeur qui refusait de réintégrer une salariée en fin de congé maternité. Gérard Filoche avait menacé d'établir un PV à l'employeur qui avait demandé trois fois une autorisation de licenciement pour sa salariée, déléguée syndicale.

Une pétition de soutien à Gérard Filoche, dénonçant « une plainte patronale invraisemblable » , a recueilli 38 000 signatures.

« Comment, alors que le Parquet manque de moyens au point de classer la majorité des PV de l’inspection du travail, choisit-il de donner suite à cette poursuite contre Gérard Filoche ? » interroge la pétition.

Un rassemblement est prévu, mercredi 6 juillet à midi, devant le palais de Justice de Paris, avant l'audition de l'ancien inspecteur du travail.


  1. Gérard Filoche a annoncé son soutien à Martine Aubry pour la primaire socialiste. 


Photo : AFP / François Nascimbeni

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents