La création d'un « front uni » des quartiers est reportée

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Réunis dimanche 27 novembre à Créteil, les militants du Forum social des quartiers populaires (FSQP), des « luttes de l’immigration » et du Parti des indigènes de la république (PIR) n'ont pas trouvé d'accord sur le projet de création d'un « mouvement politique autonome ».

Le PIR a notamment souhaité que ce regroupement prenne la forme d'une coordination interassociative. Les militants du FSQP, qui travaillent depuis 4 ans pour la création d'un mouvement politique autonome issu des quartiers populaires, souhaitaient au contraire fondre l'ensemble des composantes du futur mouvement sous une bannière unique. La tentative d'élargissement, à l'occasion de la 3e rencontre nationale des luttes de l'immigration (lire notre article) aboutie donc à un demi-échec.

Le FSQP réunira le 17 décembre à Créteil les mouvements et les militants qui se sont dits favorables au projet, pour rédiger une charte, un programme politique et les modalités de fonctionnement du futur mouvement. Il se basera pour cela sur un texte émis à l'issue du 4ème Forum social des quartiers populaires, réuni à Saint-Denis les 11 et 12 novembre. Il s'agira aussi de coordonner l'action des militants locaux sur quelques « grands chantiers » : le droit de vote des résidents étrangers, les droits des migrants âgés dits « chibanis », l'islamophobie ou la politique de rénovation urbaine.

  • Ajout le 29/11/11 à 14h30 : Les participants de la 3ème rencontre des luttes de l'immigration ont publié mardi 29 octobre une déclaration commune annonçant la poursuite de « deux options […] pas contradictoires, mais [qui] reflètent l’état de notre situation et de nos débats »  :


- La création immédiate d’un « mouvement politique susceptible de
représenter les intérêts des quartiers populaires et des immigrations »
qui se réunira le 17 décembre.

- La fondation d’un « Front uni des immigrations et des quartiers
populaires qui n’a pas vocation à remplacer les organisations existantes
mais d’être l’expression politique de
[leur] expression commune » . Une première réunion doit se tenir le 18 décembre à Bagnolet.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents