Les oreilles d’Amesys

On savait que la société française Amesys avait équipé le régime de Kadhafi de dispositifs d’écoute des télécommunications ( Politis n° 1168). Au moment du scandale, cette filiale de Bull avait précipitamment retiré de son site les plaquettes de com’ présentant le dispositif, avec quelques exemples d’applications possibles. Ces documents, exhumés le 1er décembre par Wikileaks, présentent des relevés de communications de citoyens tunisiens ainsi que des relevés de SMS échangés dans la nuit du 16 avril 2004…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.