Xavier Mathieu condamné à 1200 euros d'amende

Le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental a été condamné en appel pour refus de prélèvement ADN.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La cour d'appel d'Amiens a condamné vendredi 3 février le syndicaliste CGT de l'ancienne usine Continental, Xavier Mathieu, à 1 200 euros d'amende pour avoir refusé de se faire prélever son ADN par la police.

Une amende de 1 000 à 1 500 euros avait été requise contre lui lors d'un procès en appel très politique (lire notre reportage).

Lors de son premier procès, en juin 2010, le syndicaliste avait été relaxé. Le parquet, qui avait requis une peine d'un mois de prison avec sursis, avait ensuite fait appel de cette relaxe.

Les faits datent de la condamnation de Xavier Matthieu à 4 000 euros d'amende par la cour d'appel d'Amiens pour avoir participé avec des ouvriers de Continental au «saccage» de la sous-préfecture de Compiègne en avril 2009. Il avait alors refusé de se soumettre à un prélèvement d'empreinte génétique, comme l'exige la loi.

Créé en juin 1998 pour recenser l'ADN des condamnés définitifs pour des infractions sexuelles, le fichier national automatisé des empreintes génétiques a été étendu en 2001, 2003 et 2010 à de nombreux autres crimes et délits.
L'usine de pneumatiques Continental de Clairoix a fermé début 2010, entraînant la suppression de 1 120 postes. Au printemps 2009, un conflit social de plusieurs mois contre le projet de fermeture avait permis aux ouvriers d'obtenir des indemnités de départ extra-légales.


Photo : Michel Soudais

Haut de page

Voir aussi

Articles récents