Des hauts et des bas

Nicolas Sarkozy croyait mettre François Hollande au pied du mur en lui proposant, avant le second tour, non pas un, comme c’est la tradition, mais trois débats. La journaliste Élise Lucet estimait, ce même dimanche sur France 2, que cette histoire de débats était « la question centrale » du second tour. Hollande renvoyait le président-candidat dans ses pénates : quand un élève a une mauvaise note, on ne change pas la maîtresse, s’est-il moqué. Sarkozy est d’ailleurs le seul candidat à avoir refusé…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.