L’antinucléaire prend au Brésil

Plusieurs réacteurs nucléaires sont en projet. Mais une campagne d’opposition s’organise.

Devant une cinquantaine de participants au Sommet des peuples de Rio, Jaime Henrique Chemelo conte son périple à Tchernobyl comme une expérience initiatique. Ancien président de la puissante Confédération nationale des évêques brésiliens, il a été invité en avril dernier par l’ONG écologiste Green Cross, fondée par l’ancien président soviétique Gorbatchev, en tant qu’émissaire de son Église pour témoigner du désastre nucléaire dans un pays encore assez peu concerné par la question. Choc : la carte de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents