Parité : les résultats «inacceptables» des législatives

Le taux de femme élues dimanche 18 juin à l'Assemblée nationale est de 26,86% selon l'association Osez le féminisme, qui dénonce une «hypocrisie» .

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


«Ces résultats sont inacceptables.» Le collectif Osez le féminisme n'a pas réfréné sa colère, lundi 18 juin, pour dénoncer le manque de parité à l'Assemblée nationale. Malgré des ambitions affichées par les partis, avec 40 % de candidates investies au total, le taux de femmes qui siégeront finalement à l'Assemblée est tombé dimanche soir à 26,86% (contre 18,5% en 2007).

«Ces résultats sont la conséquence de l’hypocrisie des principaux partis, dénonce Osez le féminisme. Ces derniers s’approchent de la parité au niveau des candidatures tout en envoyant des femmes dans des circonscriptions non gagnables.

L’UMP, avec 13,92% de femmes députées, décroche à nouveau la palme du sexisme en politique et nous amène à nous interroger : l’UMP aurait-elle un problème avec l’accès des femmes au pouvoir politique?
Le nombre de femmes dans le groupe socialiste (moins de 40%) montre que les dernières avancées, notamment la constitution d’un gouvernement paritaire, sont fragiles. Le Front de Gauche, avec seulement 2 femmes élues (20%), fait le grand écart entre les discours et les actes.
Nous saluons le strict respect de la parité par Europe Ecologie les Verts. Cela montre, une fois de plus, que la parité dépend d’abord de la volonté des partis politiques de faire élire des femmes.»

-Parité : hypocrisie record... (osezlefeminisme.fr)

Déjà en 2007, les candidates étaient davantage investies dans des circonscriptions difficilement gagnables. Elles représentaient 41,6% des candidats investis, mais seulement 18,5 % des élus.

Question de point de vue, la ministre des droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem a salué lundi dans un communiqué «une nette progression des femmes parmi les députés» .

« Ce progrès, du aux efforts faits par la gauche, ne doit pas masquer la réalité , a-t-elle toutefois estimé. L’égalité n’est pas encore devenue un automatisme de la vie politique française. »

  • Mise à jour lundi 18 juin à 16 h : ajout des déclarations de Najat Vallaud-Belkacem

Haut de page

Voir aussi

Articles récents