Politis

Abonnez-vous à Politis

Tout Politis +

11 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

  • Lecture de l'hebdo/hors-série sur liseuse

Choisir cette offre
Pour toutes informations, contactez notre service Abonnement au 03 80 48 95 36 ou par e-mail à : abonnement@politis.fr

Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS

49
Offre découverte spéciale élections 23 numéros + 1 HS
  • 23 numéros + 1 hors-série en version papier et numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

  • Votre hebdo/hors-série en PDF

Je m'abonne

Web illimité

8 Par mois
  • Votre hebdomadaire et hors-série en version numérique

  • Tous les articles du magazine et des articles inédits de la rédaction

Choisir cette offre

Les autres offres

Offre découverte, administrations, offre solidaire, réabonnement…
Choisissez une offre

Soutenez la presse indépendante et découvrez les offres de notre kiosque. A partir de 8€/mois. :

Allègre attaque Politis (suite)

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Après bien des atermoiements de la partie adverse, qui nous avait d’abord donné à penser qu’elle se désisterait, et un premier report, nous avons à présent confirmation que le procès aura bien lieu les 20 et 21 septembre devant la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Paris.

Rappel des faits : Claude Allègre, ancien ministre de l’Éducation nationale du gouvernement Jospin, rallié ensuite à Nicolas Sarkozy, attaque Politis , coupable à ses yeux d’avoir publié, le 18 juin 2009, une tribune qu’il juge diffamatoire. Le texte incriminé, signé de huit personnalités du monde scientifique ou d’économistes1, brossait le portrait d’un personnage controversé, souvent au centre de polémiques, guère regardant sur les moyens quand il s’agit de faire triompher son point de vue. Ils évoquaient, notamment, son comportement dans l’affaire du volcan de la Soufrière, en juillet 1976.

Depuis, l’homme a été au centre d’affaires à répétition. La dernière en date concernant évidemment la question du réchauffement climatique, dont Claude Allègre conteste, contre toute évidence, les causes inhérentes à l’activité humaine. Ce n’est jamais son point de vue que les auteurs du texte brocardaient, mais les méthodes employées. Dans toutes ces polémiques, il s’est davantage comporté en idéologue qu’en scientifique. Au fond, toute la critique tenait dans le titre de la tribune : « Claude Allègre, question d’éthique » . Mais ce texte tombait sans doute mal pour la carrière de l’ancien socialiste. On parlait alors de lui avec insistance pour rejoindre le gouvernement de Nicolas Sarkozy. Le rappel d’un certain nombre de « casseroles » dans ce contexte sensible a irrité l’ambitieux. C’est sans doute la raison de sa colère contre Politis. Beaucoup d’autres, scientifiques ou journalistes scientifiques, ont eu pour lui des mots beaucoup plus durs par la suite. Nous les avions réunis au cours d’une assemblée publique organisée le 10 juin 2010 au théâtre de l’Est parisien avec Mediapart et Terra Eco.

Aujourd’hui, les ambitions politiques de Claude Allègre sont en berne. Il ne lui reste plus que quelques espaces médiatiques pour déployer son activité acharnée de lobbyiste du productivisme. Il n’empêche, le procès se tiendra ! Le directeur de publication de Politis et les signataires de la tribune, défendus par Me Antoine Comte, comparaîtront donc les 20 et 21 septembre, à 13 h 30, au palais de justice de Paris. Nos lecteurs peuvent évidemment assister à l’audience.


  1. Geneviève Azam, Jean-Yves Barrère, Denis Clerc, Benjamin Dessus, Jean Labrousse, Gus Massiah, Michel Mousel et Jacques Testart. Hélas, Jean-Yves Barrère et Jean Labrousse nous ont quittés depuis. 


Haut de page

Voir aussi

Quelle Europe pour la gauche ?

Politique par

accès libre

 lire   partager

Articles récents