La pauvreté, aubaine pour Unilever

« La pauvreté revient en Europe » , a constaté Jan Zijderveld, un des dirigeants d’Unilever, géant anglo-néerlandais de l’agroalimentaire et des cosmétiques. Dans un entretien au quotidien allemand Financial Times Deutschland (27 août), l’homme estime que c’est bon pour les affaires, et dit s’inspirer des méthodes utilisées en Asie : « En Indonésie, nous vendons des échantillons individuels de shampoing pour 2 ou 3 centimes pièce, et pourtant nous gagnons de l’argent. » Unilever a ainsi testé le marché…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents