Afrique du Sud : Le traumatisme de Marikana

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’Afrique du Sud est toujours secouée par la tragédie de Marikana. Le 16 août, 34 mineurs en grève avaient été abattus par la police. Un drame qui rappelle que l’apartheid n’a pas disparu de l’économie du pays : le conflit est né du refus de la société britannique Lonmine, qui exploite la mine, d’augmenter des salaires qui sont de 400 euros par mois en moyenne. Lundi, la justice a libéré 162 mineurs arrêtés à Marikana. Mais le conflit social s’est étendu à plusieurs mines, notamment proches de Johannesburg.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents