Dieu, Romney et l’impérialisme

Au lendemain de la convention républicaine, plusieurs sites Internet ont subitement exhumé le premier grand discours de politique étrangère tenu par Mitt Romney l’an dernier. Le 7 octobre 2011, devant un parterre d’élèves officiers de l’École militaire de Charleston (Caroline du Sud), le candidat républicain avait lancé : « Dieu n’a pas créé ce pays pour être une nation de suiveurs. L’Amérique doit diriger le monde, ou bien quelqu’un d’autre le fera. » Cette profession de foi, quoique caricaturale avec son…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents