Hollande et Netanyahou (suite)

Denis Sieffert  • 15 novembre 2012
Partager :

La semaine dernière (voir l’édito de Politis n°1226), je m’étonnais de la volte-face opérée par François Hollande dans le conflit israélo-palestinien et de son ralliement, dans son discours de Toulouse, à la thèse du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, hostile au gel de la colonisation et à l’initiative de l’Autorité palestinienne à l’ONU. Et j’avais émis une hypothèse, presque – avouons-le – sous forme de boutade, qu’il aurait été « le jouet d’un conseiller roublard ». Eh bien, on ne croyait peut-être pas si bien dire ! L’Express a publié dans son édition du 7 novembre, sous le titre « La plume de l’ombre » , le portrait d’un certain Paul Bernard, un « touche-à-tout , dit l’article, (qui) a récemment intégré le comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France » . C’est lui, nous dit-on, qui aurait écrit « la trame » du discours de Toulouse. Quand on connaît le zèle actuel du Crif dans la défense inconditionnelle de la politique de la droite israélienne, on peut s’interroger…

Les échos
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don