Devinette hivernale …

… sur les trahisons de la « gauche de droite ».

Bernard Langlois  • 26 janvier 2013
Partager :

[ Il y a longtemps que je ne vous avais pas proposé une petite énigme politico-littéraire … En voici une, lecture récente, que j’ai choisie tant elle exprime bien ce que je ressens ; et avec moi, j’en suis sûr, beaucoup de lecteurs de ce blog. Qui, où ? Vous avez jusqu’à lundi midi. Je mets de côté les bonnes réponses, pour laisser aux autres le temps de chercher.]

Les faux amis

« Avec le cinéaste Elio Petri, la classe ouvrière allait au paradis ; avec les socialistes, c’est un voyage au bout de l’enfer qui leur est réservé.

« C’est à se demander si les responsables du parti à la rose — je ne parle pas ici des militants dont l’engagement et la sincérité ne sont pas discutables — ne sont pas nés sous la malédiction du scorpion de la fable, celui qui ne peut s’empêcher de piquer la grenouille sur le dos de laquelle il traverse le fleuve, quitte à périr avec elle, “parce qu’un scorpion est un scorpion” ; un socialiste étant un socialiste, ne peut-il s’empêcher de trahir ceux qui placent ses espoirs en lui, les ouvriers, les jeunes, les retraités, les classes populaires ? »

Cliquez sur le bouton pour charger le contenu de www.wat.tv.

Charger le contenu

(…)

« C’est hélas désormais une banalité de parler de la “gauche de droite ” pour désigner les leaders du Parti socialiste, tant leur défense des intérêts des classes possédantes au nom de l’économie, de la bonne gestion et du dieu invisible des marchés se fait au nom d’un abandon partiel ou total des intérêts des classes populaires.

(…)

« Soyons clairs : les socialistes (leurs dirigeants) ne sont pas des ennemis, ni même des adversaires, ce sont des faux amis. Ce sont les contradictions entre leurs propos — auxquels nous pouvons souvent adhérer -— et leurs actes qui rendent particulièrement douloureuses les critiques suscitées par leur action, voire par leur inaction, non seulement en France mais dans d’autres pays européens. Jusqu’à quand les sociaux-démocrates s’emploieront-ils à vouloir aménager le capitalisme sans comprendre qu’aucun aménagement n’est possible quand le profit est sa seule raison d’être ?

« La trahison de la classe ouvrière par les dirigeants socialistes n’est pas une hydre à sept têtes comme la bête de l’Apocalypse, c’est une rose des vents.

Illustration - Devinette hivernale …

« Une trahison en quatre directions : politique , sociale, économique et morale. »

—_

Bon, ça n’a pas tenu longtemps ! Réponse détaillée sur la page suivante !

Et toujours sourcés, vos commentaires, si vous voulez qu’ils soient publiés.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don