L'Islande avait le droit de ne pas payer

La cour de l'Association européenne de libre-échange (AELE) a donné gain de cause à l'Islande, après la faillite de la banque Icesave. Ce n'était pas aux contribuables islandais de payer.

L'Islande avait le droit de refuser de rembourser les épargnants étrangers, lorsque ses banques se sont effondrées en octobre 2008. C'est le sens de la décision rendue lundi 28 janvier par la cour de l'Association européenne de libre-échange (AELE), a contrario des arguments des Pays-Bas et du Royaume-Uni. La banque en ligne Icesave avait été mise en défaut en 2008 et les 4 milliards d'euros de dépôts, essentiellement détenus par des épargnants britanniques et néerlandais, étaient partis en fumée. Le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.