Morale et laïcité

La « morale laïque » de Vincent Peillon s’est transformée en « enseignement moral et civique » .

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La « morale laïque » de Vincent Peillon s’est transformée en « enseignement moral et civique » dans le rapport présenté le 22 avril par le ministre de l’Éducation. Sa définition n’est pas beaucoup plus claire, mais sa mise en place, selon des modalités décidées par le Conseil national des programmes, devrait avoir lieu à la rentrée 2015. Les rapporteurs préconisent d’en faire un « projet porté collectivement dans les classes et les établissements ». S’il est question d’y consacrer une heure par semaine, son contenu reste encore à définir, et la question de son évaluation « reste ouverte ». Annoncée en juillet dernier par Vincent Peillon, cette proposition, en particulier la notion de « morale », a fait l’objet de vives critiques à droite comme à gauche.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.